LABROUSSE Émile

Né le 26 juin 1799 à Cahors (Lot), mort à Bruxelles le 11 octobre 1867. Représentant montagnard du Lot en 1848 et 1849. Exilé en Belgique.

Labrousse avait fait ses études à Cahors puis à Paris. Il avait été durant plusieurs années sous-directeur de l’École polytechnique, et avait pris ensuite la direction d’un pensionnat.
Enthousiaste de la révolution de 1830, il devint payeur de l’armée du Nord, mais donna bientôt sa démission pour s’établir en Belgique. Le gouvernement belge, le soupçonnant de faire de la propagande républicaine, l’assigna à résidence à Bruges. Alexandre Gendebien et les frères De Brouckère obtinrent pour lui l’autorisation de résider à Bruxelles où il fonda en 1837, avec Félix Mathé, une École centrale de commerce et d’industrie, inspirée de l’École centrale parisienne.
Il ne revint en France qu’après la révolution de Février et fut alors nommé commissaire général du Gouvernement provisoire pour les départements de la Corrèze, du Cantal et du Lot. On apprit alors qu’il était un des républicains français les plus authentiques.
Élu du Lot à la Constituante, le 23 avril 1848, Labrousse appartint au comité d’Instruction publique, vota généralement avec l’extrême-gauche, approuvant toutefois l’ensemble de la Constitution. Réélu le 13 mai 1849, il eut l’attitude des Montagnards, protestant en particulier contre la loi du 31 mai 1850 et s’opposant au projet de révision de la Constitution.
Le 9 janvier 1852, il était un des 70 députés expulsés du territoire national. Il se rendit en Belgique.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article33024, notice LABROUSSE Émile , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 6 novembre 2017.

SOURCES : Bibl. Royale, Bruxelles, diverses brochures École Centrale de Commerce et d’Industrie. — Robert, Bourloton et Cougny, Dictionnaire des Parlementaires français. — H. Wouters, Documenten betreffende de Geschiedenis der Arbeidersbeweging (1831-53), 3 vol., Louvain, Paris, 1963. — Bert Andréas, Jacques Grandjonc, Hans Pelger, Association Démocratique, ayant pour but l’union et la fraternité de tous les peuples. Eine frühe internationale Vereinigung in Brüssel 1847-1848, Trier, Karl Marx Haus, 1996. — Note de J. Grandjonc.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément