LACHAUSE

Lorsque le général en chef de l’armée de Lyon eut prononcé la dissolution des sociétés de secours mutuels (arrêté du 3 janvier 1852), les membres de la Société des passementiers de Saint-Chamond (Loire), au nombre de 130, se partagèrent la caisse (1421,31 fr), mais Lachause, « exalté socialiste », « meneur influent », créa aussitôt une nouvelle société avec Loubet, Paccalet, etc... Le 29 janvier et le 8 octobre 1852, un groupe de passementiers insistait encore pour conserver leur société, ce qui « inquiétait le maire ». « La plupart des signataires sont en général des meneurs, avocats de leur classe. La société, sous une apparence de charité et de prévoyance, dissimule le véritable objet qui est de créer un centre d’unité pour agir comme un seul vis-à-vis des fabricants et leur imposer, suivant les circonstances, les prix et les conditions arrêtés en commun par les chefs de la société ». (Lettre du maire au préfet.) Parmi ces « meneurs », il y avait Chovat Jean-Baptiste*, Coignet G.* et Coignet Pierre-Marie*, Dumas*, Fanget J.-M.*, Gillier François, Loubet Claude*, Paccalet*, Poizat Germain*, Seux Jean-Baptiste*, Soubert Claude*, Villemagne Antoine*.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article33033, notice LACHAUSE , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 août 2021.

SOURCE : Arch. Dép. Loire, 94 M 3.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément