LACHEVARDIÈRE Anastase, dit le Balafré

Ouvrier imprimeur à Paris, poursuivi en 1830 pour coalition, parce qu’il avait participé à une « Commission des ouvriers typographes », qui avait dans un manifeste invité les ouvriers à ne pas travailler dans les ateliers utilisant des presses mécaniques. Il fut alors acquitté. En juin 1842, il était ainsi que deux autres camarades condamné à quinze jours de prison pour avoir organisé chez un imprimeur particulier une grève ayant pour but d’obtenir une augmentation de salaire. Cinq autres ouvriers de l’atelier furent condamnés à des peines moins importantes allant de trois à huit jours de prison. Anastase Lachevardière était-il parent du maître imprimeur parisien Lachevardière, lui-même fils de l’ancien jacobin Alexandre Lachevardière, secrétaire général républicain du ministère de la Police après le 18 Fructidor (à la fin de 1797), ami et collaborateur de Claude-Henri de Saint-Simon, vers 1820 ?

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article33035, notice LACHEVARDIÈRE Anastase, dit le Balafré , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Paul Chauvet, Les Ouvriers du Livre en France, de 1789 à la constitution de la Fédération du Livre, Paris, 1956, p. 109.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément