LAIR Louis, Séraphin

Par Gauthier Langlois

Né le 29 mai 1814 à Brette-les-Pins (Sarthe), mort le 6 décembre 1894 à Le Mans (Sarthe) ; notaire puis marchand de bois et propriétaire, maire de Saint-Mars-d’Outillé (Sarthe), opposant au coup d’État du 2 décembre 1851 il fut expulsé et se réfugia à Jersey.

Fils de Louis Lair (1788-1869) propriétaire cultivateur et de Thérèse Catherine Cazeau (1790-), il épousa, le 30 avril 1839, à Chemillé-sur-Dême (Indre-et-Loire), Paulixène Désirée Lasneau (1820-1900), fille d’un fabricant de laine. Le coupe eût trois enfants, Louis Marius (1841-1929), Georges (1847-) et Marcelle (1849-1929).

Élu maire de Saint-Mars-d’Outillé (Sarthe) en 1850, Louis Lair avait été révoqué antérieurement au coup d’État du 2 décembre 1851. Il fut condamné après le coup d’État, par la Commission mixte du Mans, au bannissement, sur les motifs suivants : « Affilié aux sociétés secrètes. Propos révolutionnaires. Doctrines anarchiques. Hostile au gouvernement. Fausses nouvelles. (...) Considérant que le sieur Lair [voir Fameau], le lendemain du 6, n’hésita pas à donner l’ordre de sonner le tocsin et d’armer la garde nationale de Saint-Mars-d’Outillé dont il était le Maire, la commission, etc ».

Avec Sylvain Fameau il se réfugia à Jersey. Sa peine d’expulsion fut commuée, par décision impériale, en internement (c’est à dire assignation à résidence), le 2 décembre 1852, puis remise le 27 avril 1853. Après son retour en France il fut l’objet, par décision ministérielle, d’une nouvelle mesure d’internement.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article33158, notice LAIR Louis, Séraphin par Gauthier Langlois, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 27 novembre 2020.

Par Gauthier Langlois

SOURCES : Coll. de L’Union.. — Benjamin Colin, Liste des proscrits de Jersey qui sont rentrés en France à la suite de demandes en grâce, s.l.n.d. [Jersey, 1853 ?]. — Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, « Lair - Louis Séraphin », Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013.

Version imprimable Signaler un complément