LAMBERT Ferdinand, Jules

Par M. Sibalis

Né le 27 juillet 1806 à Paris (Seine). Ouvrier typographe. Syndicaliste, fondateur d’une association ouvrière, républicain.

En 1832, il demeurait 37, rue Saint-Paul, à Paris (VIIe arr, maintenant IVe). Incarcéré dans la prison de La Force du 13 septembre au 3 octobre 1832, avec cinq autres imprimeurs, à la suite d’une coalition contre les presses mécaniques à l’Imprimerie Royale, où il travaillait (il avait signé une pétition contre l’usage de ces presses). L’année suivante, il rédigea les statuts de l’Association des ouvriers imprimeurs (pressiers) : « Ces statuts [...] sont républicains en ce sens qu’ils respirent l’égalité, la fraternité, et qu’à côté de chaque droit figure un devoir à remplir. » Il fut président de la Société pendant ses trois premières années.
Malgré la répression des associations ouvrières par le gouvernement, l’Association des imprimeurs survécut, plus ou moins clandestinement, pendant les années 1830 et 1840. En juin 1842, huit ouvriers imprimeurs, dont Lambert, furent condamnés à quinze jours de prison pour avoir menacé trois ouvriers qui refusaient de faire grève ; leur employeur, Lacrampe et Compagnie, payait des salaires que l’association jugeait trop bas.
Mais Lambert, tombé malade, dut abandonner son métier manuel et trouver du travail dans un bureau. Pourtant, il était toujours président de l’association des imprimeurs (ou le redevint-il ?) en 1845-1846. En 1848, il était président du Club Typographique et délégué au Luxembourg. Il se présenta sans succès comme candidat lors des élections pour l’Assemblée Constituante en avril 1848.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article33204, notice LAMBERT Ferdinand, Jules par M. Sibalis, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 19 janvier 2016.

Par M. Sibalis

SOURCES : Arch. Dép. Paris (Seine), registres d’écrou, DY 4/13-7630. — Biographies des candidats à l’Assemblée Nationale par un vieux montagnard : Lambert (Ferdinand-Jules, Héronville (Laurent-J.-Bap.), Paris, 1848. [Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 14,107] — P. Chauvet, Les Ouvriers du livre en France, Paris, Éditions ouvrières, tome 2, p. 352. — Gazette des tribunaux, 16 juin 1842.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément