LEMAÎTRE Alphonse, Alexandre

Né le 9 janvier 1821 à Paris ; tourneur sur bois, puis peintre en miniature ; insurgé de 1848 et de 1871, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Engagé volontaire en 1841 au 3e bataillon de chasseurs à pied, cassé du grade de caporal pour inconduite et amputé de la jambe gauche à la suite d’une blessure reçue en service commandé au pénitencier d’Alger, il fut admis à l’Hôtel des Invalides en 1846 avec une pension de 278 fr. Il en fut renvoyé le 30 octobre 1848 à la suite d’une querelle avec des gardes mobiles « qu’il avait provoqués dans un cabaret ». Précédemment, il avait fait soixante jours de détention préventive pour participation aux Journées de Juin 1848. Il était alors domicilié, 28, rue des Rigoles, à Belleville. Condamné le 9 mars 1849 à vingt ans de réclusion, il fut gracié en 1858 et réadmis en 1864, sur sa demande, à l’Hôtel des Invalides pour y remplir les fonctions de concierge.

En 1871, il habitait, 53, rue d’Argout (IIe arrdt). Le 7 septembre 1870, il fut nommé membre du Comité d’armement de Montmartre. Commandant élu du 124e bataillon de la Garde nationale, il fut révoqué par le Gouvernement de la Défense nationale vers la fin du Siège mais, le 19 mars 1871, il s’engagea au 61e bataillon et prit part à des sorties. Le 23 mai, il rentra chez lui.
Le 7 décembre 1874, il se présenta au bureau de la place de Paris et déclara avoir appartenu à la Commune : « Je suis prêt à recommencer, dit-il, si une nouvelle Commune venait à s’établir ; et la preuve, c’est que j’ai chez moi des armes. » Devant le rapporteur, Lemaître « a renouvelé sa profession de foi révolutionnaire ». Le 3e conseil de guerre le condamna, le 15 janvier 1875, à la déportation simple. Il arriva à Nouméa le 23 septembre 1875. Il fut amnistié le 15 janvier 1879.

Marié à Vannes (Morbihan) en 1856, sans enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article33791, notice LEMAÎTRE Alphonse, Alexandre, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 13 décembre 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/835. — Arch. Min. Guerre, 3e conseil, dossier 1976. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Roger Pérennès, Déportés et forçats de la Commune, de Belleville à Nouméa, Nantes, Ouest éditions, 1991. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément