LEMOINE Jean, Léon

Né en 1822 à Paris. Instituteur primaire au Plessis-Paté (Seine-et-Oise) de 1844 à 1847, date de sa révocation, il demeurait à Paris, rue Boutin, en 1848, et il était membre du club de la Glacière.

Lors des élections de la garde nationale, Lemoine chercha à obtenir des candidats le serment de marcher sur l’Assemblée nationale si elle manquait aux principes. « Ce petit malin met le pays à l’envers et y amène Raspail », disait un témoin.
Le 23 juin, Lemoine était en armes et en uniforme au poste de la barrière de la Glacière ; le 24, à celui de la barrière de la Santé. Le 25, il s’opposa à ce que l’on défasse les barricades. Chez lui, on saisit des almanachs icariens, l’équipement de gardes municipaux qu’il avait sauvés en Février et deux notes, l’une où il traitait du devoir du législateur d’affranchir les pauvres des charges trop pesantes pour eux de l’instruction primaire : « Hâtez l’établissement de la gratuité complète, sans cela il y aura toujours ce qui existe aujourd’hui : les pauvres qui veulent y faire participer leurs enfants ne le peuvent pas. Deux cents enfants à la Glacière ne fréquentent pas les écoles. » Dans l’autre note, on lisait : « Le pouvoir législatif appartient au peuple seul qui adopte ou rejette les projets votés par l’Assemblée nationale, sauf lois d’impôts et projets d’intérêt local. Le pouvoir exécutif est remis pour un an au président élu par tout le peuple, non immédiatement rééligible. Service militaire obligatoire et personnel de trois ans dans l’armée, puis dans la garde nationale. Police strictement municipale. Liberté des cultes, protégés par l’État et non salariés. Instruction primaire gratuite. »
Arrêté, il fut libéré en août 1848.
Il devint alors gérant d’une Association d’Écrivains, Rédacteurs, Calligraphes réunis et égalitaires, établie, 3, rue du Petit-Reposoir. Membre de l’Association fraternelle des instituteurs démocrates socialistes, il en fut le délégué à la Société de la Presse du Travail, qui rassemblait les délégués des corporations autour de la Société Typographique. Poursuivi pour cela en décembre 1851, il fut arrêté en avril 1852 et désigné pour la transportation (« Algérie plus »). Il fut bientôt libéré néanmoins. Voir Langrand Victor* et Desmoulins Auguste*.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article33829, notice LEMOINE Jean, Léon , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 17 mai 2018.

SOURCES : Arch. Min Guerre, A 1050 et B 1547.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément