DUBOIS Edmond [DUBOIS Lucien, Edmond]

Par Marcel Boivin

Né le 8 février 1878 à Elbeuf (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; chaudronnier en cuivre aux ateliers de Sotteville-lès-Rouen (Seine-Inférieure), cheminot de Sotteville ; syndicaliste CGT.

Bien qu’il n’ait commencé à militer qu’à partir de 1910, la culture et les dons d’orateur d’Edmond Dubois le portèrent l’année suivante à la tête du syndicat des cheminots de Sotteville. Réélu jusqu’en 1914, il reconstitua l’organisation à la fin de 1915, dont il assura la direction jusqu’en février 1918, date à laquelle Maurice Gautier et les minoritaires prirent la direction du syndicat.
Il consacra alors toute son activité à l’Union départementale dont il assurait la direction depuis décembre 1916 et il la représenta à la Conférence que tint la CGT à Clermont-Ferrand les 23-25 décembre 1917.
Bénéficiant d’une grande autorité morale sur les ouvriers du département, Edmond Dubois « savait grâce à sa profonde connaissance du cœur des foules et à la simplicité de son langage, mis ainsi à la portée du plus humble, toucher la corde sensible » (La Dépêche). En décembre 1918 encore, au congrès de l’UD, il rassembla une centaine de délégués qui le réélurent secrétaire, assisté de Suzanne Lion secrétaire adjointe.
À partir de janvier 1920, il dut pourtant endiguer les attaques de plus en plus nombreuses des minoritaires. Il leur fournit d’ailleurs des arguments lors des grèves de mai, par une attitude très ambiguë, n’hésitant pas à critiquer les cheminots dès les premiers jours du mouvement.
Réélu secrétaire à l’unanimité au congrès d’Elbeuf en août 1920, il fut amené à démissionner en décembre à la suite des critiques émises par les minoritaires au cours de l’automne.
Conseiller municipal socialiste de Sotteville-lès-Rouen de 1919 à 1939, Edmond Dubois fut élu à la CA de la Fédération départementale à la fin de 1920.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article3387, notice DUBOIS Edmond [DUBOIS Lucien, Edmond] par Marcel Boivin, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 3 janvier 2012.

Par Marcel Boivin

SOURCES : Arch. Nat. F7/13583 et F7/13619, année 1919. — Arch. de l’UD-CGT liasse 1895-1925. — La Dépêche de Rouen, 2 mai 1919. — Le Réveil ouvrier, divers. — Jean-Marie Cahagne, La SFIO en Haute-Normandie de 1914 à 1969, Université de Rennes, 1980.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément