LEVAYER Denis, François

Par Jean Risacher, Jean-Claude Vimont, Pierre Baudrier

Journalier qui participa à l’insurrection des 5 et 6 juin 1832 à Paris.

Membre et commissionnaire de la Société des amis du peuple, ce journalier de quarante ans fit partie des trois républicains qui, le 5 mai 1832, sur la place Vendôme, tentèrent de lancer un mouvement populaire en attaquant à main armée des sergents de ville. Blessé, il fut arrêté, envoyé à l’hospice Beaujon puis condamné par les assises de la Seine le 13 octobre 1832 aux travaux forcés à perpétuité accompagnés d’une heure d’exposition. Il portait à l’audience un bonnet rouge garni d’une bordure et d’un gland noirs. Sa peine fut commuée le 4 mai 1833 en détention perpétuelle, dès le 16 octobre 1832, lit-on par ailleurs. Il fut incarcéré à Sainte-Pélagie jusqu’en juin 1833, date de son transfert au Mont-Saint-Michel. Il bénéficia d’une grâce le 27 décembre 1834. En mai 1840, il fut condamné à 2 ans pour détention illicite d’armes – il était alors ouvrier chausonnier-, était à Doullens le 10 juillet 1840 avec Benjamin Flotte, Pierre Béraud et Philippe Thomas. Signataire de la pétition en faveur de Charles Lombard. En 1849, au procès de la société des Vengeurs et Amis de l’Égalité, c’est à 4 ans de prison et 4 ans de surveillance qu’on le disait avoir été condamné en 1840. Toujours est-il qu’il était acquitté. Fin décembre 1851, Levayer, « vieux détenu politique », était arrêté à titre préventif et classé Algérie Plus.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article33992, notice LEVAYER Denis, François par Jean Risacher, Jean-Claude Vimont, Pierre Baudrier, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 17 juin 2019.

Par Jean Risacher, Jean-Claude Vimont, Pierre Baudrier

SOURCES : Arch. Dép. Seine D Y 8, écrous de Sainte-Pélagie. — Arch. Dép. Somme, Yb 15. —J.Cl. Vimont, La prison politique en France, Genèse d’un mode d’incarcération spécifique, XVIIIe-XXe siècles, Paris, Anthropos, 1993, 503 pages. — Alain Faure, Conflits politiques et sociaux au début de la monarchie de Juillet, 1830-1834, Mémoire de maîtrise, Paris X, 1974, p. 97. – Journal des débats politiques et littéraires, 7 mai 1832, p. 3, 3e col. ; 14 octobre 1832, p. 3 ; 9 novembre 1832, p. 3, col. 1 ; 10 novembre 1832, p. 3, col. 2 ; 17 mars 1833, p. 2, 3e col. ; 29 décembre 1834, p. 2, 2e col. ; 4 juin 1840, p. 2, 1ère col. ; 28, 29, 30 novembre 1849 ; 21 décembre 1851, p. 2, col. 5. — Gazette des Tribunaux, 28 au 30 novembre 1849. — Note de Jean Risacher et Jean-Claude Vimont, Pierre Baudrier..

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément