DUCOROY Charles, Ambroise, Jules. [parfois DUCORROY]

Par Jean-Jacques Doré

Né le 11 août 1885 à Neufbosc (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), mort le 10 janvier 1937 à Sotteville-lès-Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; menuisier aux ateliers des chemins de fer de l’État à Sotteville-lès-Rouen ; trésorier du syndicat unitaire (CGTU) des Cheminots de Sotteville de 1922 à 1934 ; conseiller municipal communiste du Petit-Quevilly (Seine-Inférieure,Seine-Maritime) de 1921 à 1925.

Fils d’un instituteur, Charles Ducoroy entra comme menuisier aux chemins de fer de l’État, aux ateliers de Sotteville en avril 1911. Bien qu’il ait été classé comme affecté spécial à la 4e section des chemins de fer de campagne depuis cette époque, il dût rejoindre son régiment initial le 20 novembre 1914. Le 21 mai 1915, il fut réintégré dans sa position d’affecté spécial et, le 3 juin suivant fut affecté comme charron sur la ligne Rouen-Orléans.

Ducoroy fut à nouveau déplacé aux ateliers de Sotteville le 1er mai 1918 et rejoignit le syndicat CGT local ; il était alors qualifié de "minoritaire convaincu, jouissant d’un ascendant indiscutable sur les militants". Il fut élu trésorier adjoint le 21 mars 1921 et délégué du syndicat des Cheminots au congrès de la CGT en novembre.
_
Le 19 juin 1921, lors d’élections municipales partielles, il fut élu conseiller municipal communiste de Petit-Quevilly (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), en même temps que Bazin qui, avait été révoqué de ses fonctions de maire, pour avoir hissé un drapeau rouge sur la façade de la mairie, le 1er Mai 1921. Il avait démissionné de son poste de conseiller municipal après sa révocation. Bazin obtint 1795 voix, et Ducoroy 1673 voix.

Avec la majorité du syndicat des Cheminots, il rejoignit la CGTU et prit en charge sa trésorerie de 1922 à 1934.

Ducoroy se représenta le 3 mai 1925, mais liste du BOP (communiste) conduite par Bazin fut battue. Celui-ci quitta la région. Le 5 mai 1929, Ducoroy se représenta en deuxième position sur la liste du BOP, conduite par Paul Bouthonnier, mais l’ensemble de la liste ne pas élue.

C’est à cette époque qu’il quitta le Petit-Quevilly pour Sotteville où il se vit confier l’administration de la Maison du Peuple ; un rapport le qualifiait alors de "militant très autoritaire, mais excellent gestionnaire".
Fin 1934, Charles Ducoroy abandonna toute vie militante, il mourut à Sotteville le 10 janvier 1937 après une longue maladie.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article3437, notice DUCOROY Charles, Ambroise, Jules. [parfois DUCORROY] par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 18 mai 2020, dernière modification le 28 juillet 2020.

Par Jean-Jacques Doré

SOURCES : Arch. Dép. Seine-Inférieure, 10 M P 1410 bis Syndicats dissous après 1936, 1 MP 535 Manifestations politiques et syndicales, 1 MP 611 Radiés du carnet B. — Arch. Dép. de Seine-maritime, registre matricule, Rouen-Nord, classe 1905, N°2816, cote 1R3184 — Le Journal de Rouen du 20 mai 1921, et du 4 mai 1925, du 6 mai 1929. — Le Prolétaire Normand du 3 mai 1929. — Témoignage. — Notes de Gilles Pichavant.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément