MARLE Charles Louis [Charles, Louis dit {Marle Aîné}]

Par Marie-Cécile Bouju

Né le 20 Prairial An VII (8 Juin 1799) à Sennecey-le-Grand (Saône-et-Loire). Instituteur, militant de l’enseignement mutuel, imprimeur, publiciste.

Fils d’Olivier Marle, qui fut instituteur puis commissaire de police à Mâcon et de Geneviève Ghiérici, Charles Louis Marle obtint à 18 ans son brevet d’instituteur et devint directeur d’une école d’enseignement mutuel à Mâcon avant d’être nommé en 1833 directeur de l’école normale de Saône-et-Loire à sa fondation. Ce militant de l’enseignement mutuel fut l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages sur la pédagogie, parus entre 1822 et 1854. A partir de 1837, il siégea au conseil municipal de Mâcon. Il était également membre de sociétés savantes, comme l’Athénée et la Société grammaticale académique.
En 1820, il épousa à Mâcon à Pierrette Dumonceau, dont il eut au moins deux fils, Louis Charles et Jérôme.
Au début des années 1840, il changea de carrière : en 1840 il démissionna de son poste de directeur d’école normale, et l’année suivante du conseil municipal. En 1842, il s’associa avec son beau-père Pierre Dumonceau pour reprendre l’imprimerie Deleuze à Lyon. Il obtint son brevet d’imprimeur, alors indispensable pour s’établir à son compte, le 9 septembre 1842. Il figure comme imprimeur-gérant de plusieurs titres lyonnais, comme Le Rhône et le Journal du Lyonnais. Les affaires furent mauvaises, aggravées en 1845 par un procès pour contre-façon qu’il perdit. Son imprimerie fit faillite en 1846.
Installé à Paris, Charles Louis Marle continua à publier livres et brochures et participa à de nombreux journaux, comme La Voie nouvelle et La Réforme en 1848. De mai 1848 à novembre 1849, il a été l’éditeur de L’Émancipation de l’Enseignement et de l’hebdomadaire La Constitution : république du présent et de l’avenir de février à août 1849. En 1848, il aurait été chef du bureau des réclamations aux Ateliers nationaux. Il était garde national.
La fin de sa vie a été marquée par l’arrestation et la déportation de ses deux fils en Algérie à la suite du coup d’état de 1851.
Il serait mort vers 1860.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article34534, notice MARLE Charles Louis [Charles, Louis dit {Marle Aîné}] par Marie-Cécile Bouju, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 22 décembre 2015.

Par Marie-Cécile Bouju

Sources : Arch. mun. Mâcon Etat-civil. – Arch. Nat. F18 2058. - Marius Audin. Somme typographique, Lyon : Musée de l’Imprimerie et de la communication graphique [en ligne]. – Louis Marle. De la Bourgogne à la bataille d’Alger. La Pensée universelle-Louis Marle, 1973.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément