MERCERON Auguste, Léon

Né en 1821 à Passy (Seine). Ouvrier menuisier. Il fut brigadier des Ateliers nationaux, deux mois, en 1848. Garde national de la XIIe légion parisienne — il demeurait rue Mouffetard — il prit prétexte de ce qu’il n’était pas armé pour ne pas faire son service en Juin. Arrêté en juillet, il fut libéré en août.
Organisateur de clubs dans le XIIe arrdt (ancien) depuis Février et, comme membre de la Société des Droits de l’Homme, chargé du XIIe sous les ordres de Vilain*, il devint délégué du Comité démocrate socialiste pour cet arrondissement, mais, ayant manqué de décision le 13 juin 1849, il perdit la confiance de ses amis quoiqu’il eût fait un mois de prison en juillet 1849. Il entra en rapports, en 1850, avec les révolutionnaires de Montmartre et de la Chapelle. Commis voyageur à cette date, il mit à profit sa profession pour entrer en contact avec les organisations ouvrières et démocrates socialistes des départements du Midi.
Le 2 décembre 1851, il réunit 500 hommes et partit à leur tête en direction du faubourg Saint-Antoine, mais l’heure avancée l’obligea à les renvoyer au lendemain. Le 3, il parcourut les groupes dans le faubourg Saint-Antoine et se porta au faubourg Saint-Martin. Il fut arrêté à la fin du mois, alors qu’il prenait le train pour Bruxelles. Il fut transporté (« Algérie plus »).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article34904, notice MERCERON Auguste, Léon , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCES : Arch. Min. Guerre, A 9973 et B 1384.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément