MÉRIET Toussaint, Louis, Célestin [dit MARIER ou MARIET]

Né le 31 octobre 1824 à Noirterre (Deux-Sèvres) ; journalier ; affilié à la Marianne.

Fils de Louis-Philippe Mériet, bordier, 47 ans, et de Louise Septidi Poirault, Toussaint Mériet était domestique de ferme à la Croix verte commune de Saint-Porchaire (Deux-Sèvres), quand il épousa le 8 novembre 1852 à Noirterre, Marie Magdeleine Brun, servante aux Aubiers, née à Chiché (Deux-Sèvres).

Ayant quitté le Bressuirais, on le retrouve journalier au village de Magé, commune de Louzy, où son épouse donne naissance à un fils, Louis, Narcisse, le 19 février 1855, le témoin étant le maréchal Pierre Millault, organisateur local de la Marianne. À noter que le nom déclaré de l’enfant est Marier pour le père et Lebrun pour la mère, noms qui furent rectifiés en Mériet et Brun par un jugement du tribunal de Bressuire, le 24 juillet 1883.

Toussaint Mériet fut condamné, le 13 septembre 1856, par le tribunal correctionnel de Bressuire, à un mois de prison pour son appartenance à la Marianne.

Au recensement de 1866, il n’était plus dans la commune.

Voir la liste des "Marianneux" du département et des communes du nord des Deux-Sèvres condamnés en 1856 dans la notice d’Arnault Philippe-Auguste et pour ceux de Magé et de Louzy : Deslandes François, Lesage.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article34916, notice MÉRIET Toussaint, Louis, Célestin [dit MARIER ou MARIET], version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 18 février 2021.

SOURCES : Arch. Nat., BB 30/417, P. 1411. — Arch. Dép. Deux-Sèvres, Registre des jugements du tribunal de Bressuire, année 1856 ; état civil et recensements. — Notes d’Alain Dalançon

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément