MORIN Auguste, dit le Nîmois

Ouvrier tisserand ferrandinier à Lyon. Compagnon du Tour de France, ou membre d’une association des ferrandiniers possédant des « couleurs » comme les compagnonnages. Condamné, en janvier 1835, par le tribunal correctionnel, à quinze jours de prison, puis, sur appel a minima du procureur du roi, en février, à trois mois de prison pour délit d’association. Il avait joué un rôle notable dans le brûlement des « couleurs » d’un ouvrier indésirable nommé Palloy, c’est-à-dire dans l’exclusion solennelle et définitive de ce membre corrompu de l’organisation. Voir Rostaing Guillaume*

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article35275, notice MORIN Auguste, dit le Nîmois , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 24 août 2017.

SOURCE : Gazette des Tribunaux, 19 janvier et 19 février 1835.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément