MOULIÈRE Vincent

Né le 21 janvier 1806 à Saint-Léger-de-Montbrun (Deux-Sèvres), mort le 9 novembre 1888 à Sainte-Verge (Deux-Sèvres) ; domestique, vigneron, cultivateur ; affilié à la Marianne.

Fils de Vincent Moulière et de Marthe Lavertet, agriculteur au village d’Orbé, Vincent Moulière épousa Jeanne Depoix née en 1805. Journaliers à Vrère, village de la même commune, ils eurent un fils Louis, né le 26 février 1836 qui mourut en bas âge.

Veuf en septembre 1844, on le retrouve en 1851, domestique au bourg de Sainte-Verge (Deux-Sèvres) cher Marie Brottier, veuve Bourasseau, qui a 16 ans de plus que lui. Au recensement de 1856, il vit toujours auprès de cette veuve et est qualifié de vigneron. Ils sont les voisins de Hucault Jean qui s’était remarié avec la cabaretière, née Bourasseau.

Vincent Moulière fut condamné, le 13 septembre 1856, par le tribunal correctionnel de Bressuire, moins lourdement que Hucault, considéré comme meneur, à deux mois de prison pour affiliation à la société secrète la Marianne.

En 1866, le couple était notoire. Vincent Moulière vint déclarer le décès de sa compagne, âgée de 82 ans, le 9 mai 1872. Il mourut 15 ans plus tard chez François Giraudeau.

Voir Arnault Philippe-Auguste pour la liste des « Marianneux » condamnés des Deux-Sèvres en 1856 et pour le groupe de ceux de Sainte-Verge : Antoine Pauvert.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article35327, notice MOULIÈRE Vincent, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 17 février 2021.

SOURCES : Arch. Nat., BB 30/417, P. 1411. — Arch. Dép. Deux-Sèvres, 4 M 15/5 ; registre des jugements du tribunal de Bressuire, année 1856 ; état civil, recensements. — Notes d’Alain Dalançon

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément