MURGER Éloi, Charles, Nicolas

Militaire pensionné à Saint-Hilaire-sur-Risle (Orne). Il avait dit dans un cabaret, le 6 octobre 1817, « qu’il emm...ait les royalistes de Moulins-la-Marche ; qu’il avait une cocarde tricolore, et qu’il emm...ait la blanche. » Les autorités locales s’étant bornées à rendre compte par la voie hiérarchique jusqu’à Paris, sans engager de poursuites, s’attirèrent, le 23 octobre, une semonce du ministre de la Police générale : « Indépendamment, disait-il, des poursuites judiciaires auxquelles doivent donner lieu ces sortes de délits, et en général tous ceux qui se rattachent aux opinions politiques, l’autorité civile ne doit négliger aucun moyen de s’assurer si les individus d’une classe obscure qui s’en rendent coupables ont agi de leur propre mouvement, ou s’ils n’ont pas cédé à une instigation de quelques malveillants cachés. »

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article35430, notice MURGER Éloi, Charles, Nicolas, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 9 janvier 2018.

SOURCE : Arch. Dép. Orne, série M., Police générale, liasse 1817.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément