PARSON (femme)

Ouvrière fleuriste à Paris en janvier 1843. La plus âgée des ouvrières d’un atelier de fleurs artificielles, elle fut choisie par ses camarades de travail pour demander en leur nom une augmentation du salaire horaire, sous la forme d’une réduction des heures de travail sans diminution du prix de la journée. Brutalisée par le patron, elle obtint quarante francs de dommages et intérêts pour coups et blessures, et celui-ci dut en outre payer seize francs d’amende. On fit valoir en justice que la demande avait été présentée respectueusement et qu’il n’y avait eu aucun arrêt concerté du travail.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article35812, notice PARSON (femme) , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Gazette des Tribunaux, 17 janvier 1843.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément