PÉGOT-OGIER Jean-Baptiste

Né à Saint-Gaudens (Haute-Garonne) le 15 août 1795, mort à Toulouse le 12 juillet 1874. Représentant Montagnard de la Haute-Garonne en 1848.

Fils de cultivateur, Pégot-Ogier s’était engagé le 10 mars 1812. Il avait fait les campagnes d’Allemagne (1813), de France (1814). Il était lieutenant de grenadiers à Waterloo. Mis en demi-solde, il démissionna pour se consacrer à l’agriculture. Mais, sous la Restauration et la monarchie de Juillet, il ne cessa aussi de s’intéresser à la vie politique et de faire de l’opposition. Surveillé constamment, il fut traduit en justice et parfois condamné : il passa au total plusieurs mois en prison.
En 1848, il appartint à la Commission départementale qui se substitua révolutionnairement au préfet de Louis-Philippe et qui proclama la République. Le Gouvernement provisoire l’envoya bientôt comme commissaire dans le Gers.
Le 23 avril, il fut le sixième élu sur douze de la Haute-Garonne, avec 51 063 voix. Ses votes à la Constituante font de lui plus un républicain « formel » d’extrême gauche qu’un démocrate socialiste. Il souscrivit pourtant à l’Adresse au Peuple des Montagnards, en mai 1849. Mais il ne fut pas réélu et termina ainsi sa carrière politique. Voir Madet Charles*

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article35896, notice PÉGOT-OGIER Jean-Baptiste , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 26 septembre 2017.

SOURCE : Robert, Bourloton et Cougny, Dictionnaire des Parlementaires français.

ICONOGRAPHIE : Exposition du Centenaire de la Deuxième République 1848, Catalogue, Toulouse, Bibl. Mun., 1948, H. T. VII.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément