ENGEL Émile, Jules

Par Jean-Marie Conraud

Né le 23 octobre 1913 à Knutange (Moselle), mort le 13 novembre 2002 à Metz (Moselle) ; menuisier aux chemins de fer ; permanent de la JOC pour l’Alsace-Lorraine ; syndicaliste CFTC puis CFDT, secrétaire général du syndicat des ouvriers mineurs de la Moselle, membre de la commission exécutive de la Fédération nationale des Mineurs CFTC, secrétaire général de la Fédération internationale des mineurs chrétiens ; député MRP de la Moselle (1945-1946, 1956-1958), maire de Merlebach ; secrétaire de l’Union départementale des associations familiales.

Le MRP vous parle

Émile Engel, dont le père était ajusteur mécanicien à la SNCF, fit ses études à l’école primaire de Basse-Yutz puis au cours complémentaire de Thionville. Élève du centre de formation des ateliers principaux de la SNCF à Basse-Yutz en 1927, il en sortit avec un brevet professionnel de menuisier. Il fut embauché de 1929 à 1938 aux ateliers SNCF de Basse-Yutz, puis, au retour de son service militaire en 1935, à ceux de Bischheim (Bas-Rhin).

Adhérent de la JOC depuis 1929, il exerça des responsabilités locales puis départementales en Moselle et ensuite dans le Bas-Rhin après sa démobilisation. Il succéda en 1936 à François Picard* à la présidence de la fédération de Strasbourg. En 1938-1939, il fut détaché de son travail comme permanent-propagandiste de la JOC pour l’Alsace et le département de la Moselle. De 1937 à 1939, il fut le rédacteur du journal bilingue Jeunesse ouvrière.

Mobilisé en 1939, il fit la campagne de France dans la 2e Division blindée et reçut la Croix de guerre avec étoile de bronze. Il reprit son travail à la SNCF de 1940 à 1944. Membre de la CFTC depuis 1936, il obtint une disponibilité en décembre 1944 pour seconder Alfred Quirin* dans la reconstitution des syndicats chrétiens du bassin sidérurgique et du bassin houiller mosellan. À ce titre, il fut secrétaire général du syndicat des mineurs de Moselle (1944-1945).

Président du Comité local de Libération de Basse-Yutz, Émile Engel s’était aussi engagé dans la vie politique. Entré au MRP en 1945, membre de son comité fédéral, conseiller municipal de Basse-Yutz de 1945 à 1947 puis maire de Merlebach de 1947 à 1959, il était le président départemental de la Fédération populaire des élus municipaux et départementaux et le secrétaire de l’Association des maires de l’arrondissement de Forbach.

Il avait été élu en 1945 à la première Assemblée constituante, en quatrième position sur la liste menée en Moselle par Robert Schuman, et réélu à la seconde en 1946. Il ne se représenta pas aux élections du 10 novembre 1946 pour la première Assemblée nationale. Candidat en 1951, il fut alors battu, mais il siégea à l’Assemblée nationale de 1956 à 1958 comme député de la Moselle. Membre de la commission de la production industrielle et de l’énergie, et de celle du travail et de la Sécurité sociale, membre suppléant de la commission des immunités parlementaires, il intervint souvent dans les débats relatifs à la construction de l’Europe et aux conditions de travail dans les mines.

Émile Engel siégea à la commission exécutive de la Fédération nationale des Mineurs CFTC (1956-1961) et fut élu secrétaire général permanent de la Fédération internationale des mineurs CISC (1961-1968). Il représenta sa confédération dans de nombreuses instances. Membre du conseil d’administration de la caisse primaire de Sécurité sociale de Sarreguemines (1946-1956), vice-président de la Société de secours minière, il fut aussi vice-président du conseil d’administration des Houillères de Lorraine de 1947 à 1956. Il participa aux travaux de plusieurs organismes : commission économique Lorraine-Alsace-Sarre, commission consultative d’élaboration du plan Schuman, comité d’aménagement et du plan d’équipement de la Moselle (CAPEM) et comité d’information et d’étude d’économie humaine en Lorraine (CIEDHEL).

Au plan international, il fut délégué de la Fédération nationale des Mineurs CFTC au BIT à Genève, fit partie de la commission de surveillance des mines de la Sarre en 1945 et de la commission d’extension du Plan Monnet à la Sarre. Membre actif du service d’information de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA), il fut encore, à Luxembourg, secrétaire de la Fédération des syndicats chrétiens dans la CECA, regroupant les organisations de mineurs, de métallurgistes et d’employés, techniciens, ingénieurs et cadres des six pays membres et de la Sarre.

Rentré en France en 1969, il occupa dès lors le poste de secrétaire général de l’Union départementale des associations familiales de Moselle.

Émile Engel, chevalier de la Légion d’honneur, avait collaboré à divers journaux corporatifs : L’Écho des mineurs, Le Travailleur, La Voix des mineurs, ainsi qu’À travers banc, périodique syndical des mineurs CFTC. Il était l’auteur de rapports sur les nationalisations, le pool charbon-acier et la productivité.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article3608, notice ENGEL Émile, Jules par Jean-Marie Conraud, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 5 juillet 2009.

Par Jean-Marie Conraud

Le MRP vous parle
Émile Engel au congrès régional des mineurs de charbon CFTC de Lorraine (Stiring-Wendel, 1959)
Émile Engel au congrès régional des mineurs de charbon CFTC de Lorraine (Stiring-Wendel, 1959)
Coll. privée Robert Mourer
Émile Engel (extrême-gauche) et Oscar Eichhoff (à ses côtés) au congrès national des mineurs CFTC à Angers (1956)
Émile Engel (extrême-gauche) et Oscar Eichhoff (à ses côtés) au congrès national des mineurs CFTC à Angers (1956)
Collection Robert Mourer

SOURCES : DPF, 1940-1958, op. cit.. — L’Assemblée nationale, Société générale de presse et d’éditions, 1957. — Annuaire-manuel du Parlement européen 1961-1962, Luxembourg, 1962. — Renseignements fournis par l’intéressé. — Notes d’André Caudron.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément