PEYRAZEIX Jérôme

Né le 10 juin 1799 à Limoges (Haute-Vienne), mort le 5 avril 1864 à Limoges. Leveur de bois au port du Naveix, à Limoges. Poursuivi à propos des événements du 27 avril 1848.

Peyrazeix portait une longue barbe noire qui descendait sur sa poitrine. Il la conservait et l’entretenait depuis le temps où il avait été sapeur de la garde nationale.
Membre de la Société populaire de Limoges à partir de mars 1848, Peyrazeix travaillait, le 27 avril, au chantier municipal de l’Évêché. Il aurait fait aiguiser son « lancis » chez un forgeron, et aurait brandi, devant les moustaches de son chef de chantier, ce croc de fer servant à amener à quai les bûches descendues par flottage, pour l’alimentation des fours à porcelaine ou le chauffage domestique. Il aurait distribué des lancis à d’autres ouvriers et se serait rendu avec eux place de la Mairie, où l’on désarmait le poste de la garde nationale bourgeoise.
Le 28 avril, il participait au rassemblement formé devant la maison du minotier Lanouaille, accusé de hausse illicite sur les farines. C’est lui qui aurait apporté la poutre destinée à servir de potence au minotier. Il avait pénétré de force dans les magasins et voulait faire de même dans la maison d’habitation.
Arrêté, le 17 ou le 19 octobre, au gué de Verthamont, sur le chantier de la nouvelle route de Limoges à Bordeaux, où il travaillait comme terrassier, Peyrazeix ne reconnut qu’une petite partie des griefs articulés contre lui. En avril 1849, les assises de la Vienne ne l’en condamnèrent pas moins à deux ans de prison. Voir Briquet Charles
En septembre 1849, il demanda son transfert de la maison centrale de Fontevrault à celle de Limoges. Selon le directeur de la prison, ses propos témoignaient de son repentir.
Sa fille, Jeanne, avait épousé Poutout Jean-Baptiste, lui-même impliqué dans le procès d’avril 1849.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article36136, notice PEYRAZEIX Jérôme , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 24 mai 2022.

SOURCE : L’Abeille de la Vienne, mars-avril 1849.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément