PIAULT René (ou PIAUD René)

Né le 29 décembre 1827 à Brion (Deux-Sèvres) ; scieur de long ; affilié à la Marianne.

Fils de François Piault, scieur de long, et de Louise Girard, René Piault devint scieur de long comme son père et avait les mêmes idées politiques.

Ayant participé comme son père à l’émeute de Brion le 22 juillet 1856 (voir Dagot Urbain), il fut condamné, le 13 septembre 1856, par le tribunal correctionnel de Bressuire, à deux ans de prison pour affiliation à la société secrète la Marianne et participation à un mouvement séditieux.

Dans un rapport au ministre de l’Intérieur (4 août 1858), le préfet des Deux-Sèvres écrivait : « René Piault fils [...] a été l’un des plus ardents fauteurs de l’émeute de Brion ; ses antécédents sont détestables sous tous les rapports. Comme Guillot, à ce que l’on m’assure, il a dissipé toutes ses ressources en débauches, et le dénuement n’en ferait qu’un plus dangereux instrument de désordre, s’il restait dans le canton de Thouars après sa libération. » Par décision ministérielle du 9 août 1858, René Piault (Piaud) fut soumis à la transportation au bagne de Lambessa en Algérie à l’expiration de sa peine effectuée à Fontevraud.

Voir Arnault Philippe-Auguste pour la liste des « Marianneux » des Deux-Sèvres condamnés en 1856, et pour le groupe de Brion : Billon Louis.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article36180, notice PIAULT René (ou PIAUD René) , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 16 février 2021.

SOURCES : Arch. Nat., BB 30/417, P. 1411. — Arch. Dép. Deux-Sèvres, 4 M 15/5, et Registre des jugements du tribunal de Bressuire, année 1856 ; état civil et recensements. — Notes d’Alain Dalançon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément