RACHOU

Cordonnier à Rive-de-Gier (Loire) en 1848. Choisi en avril par les manifestants populaires comme conseiller municipal, et par le conseil municipal comme maire (L’Avenir républicain, 11 avril 1848.)
Au mois de juin, il était colonel de la garde nationale de Rive-de-Gier, chef des chantiers communaux et président du conseil des prud’hommes. Il fut arrêté à la fin de juin ainsi qu’un militant moins important, Blachaire, lorsque le nouveau préfet de la Loire s’attaqua aux militants qui avaient dirigé le mouvement populaire socialiste à Rive-de-Gier depuis mars. Ceux-ci avaient à ses yeux et au regard de la bourgeoisie le tort d’avoir envisagé des mesures propres à atténuer les injustices dues à l’inégalité des propriétés et des revenus. La réaction contemporaine des journées parisiennes de Juin les stigmatisa comme communistes. Voir Bodin Charles*, Brun*, Sigward*.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article36721, notice RACHOU , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 11 octobre 2017.

SOURCES : Arch. Dép. Loire, 94 M 2. — L’Avenir Républicain, 1er juillet 1848.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément