RICARD Dominique

Fabricant de malles, né en 1829 à Toulon (Var), il était installé à Marseille en 1848.
Au lendemain de la Révolution de février, il fut nommé capitaine de la Garde nationale, dans la compagnie dite « des Travailleurs ». Il fut peu après accusé d’avoir employé à des fins douteuses une somme de 500 F qui lui avait été remise par la Municipalité pour être distribuée aux gardes nécessiteux. Cela ne l’empêcha pas d’être l’un des initiateurs de la compagnie irrégulière de tirailleurs fondée fin mai ou début juin à l’initiative des clubs populaires. Toutefois eu égard aux soupçons d’indélicatesse pesant sur lui, Joseph, Alexandre Perrin* lui fut préféré pour en prendre le commandement.
Le 18 juin, D. Ricard participa à l’envahissement de la Préfecture par la légion des volontaires de Paris.
Quelques jours plus tard, il fut accusé d’avoir pris une part active l’insurrection du 22 juin, notamment lors de l’attaque du café Puget et lors des échauffourées de la Canebière. Suite à son arrestation le 23 juin, une perquisition effectuée à son domicile amena la découverte de lettres qui lui avaient été adressées par Armand Barbès* en personne. Il fut condamné à 15 ans de détention.
Voir Balajat Michel* et Ricard ??*.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article37011, notice RICARD Dominique, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Arch. PPo., A a/428. — Arch. Dép. Bouches-du-Rhône, M 6/108. — Cour d’Assises de la Drôme. Procès des accusés de juin de Marseille, Marseille, impr. nationale-association d’ouvriers, 1849. — Notes de M. Cordillot.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément