FAUCHER Jean [Rhône]

Par Jean-Pierre Bonnet

Né le 8 juin 1912 à Saint-Quentin (Aisne), mort le 17 juillet 1974 à Paris (XXe arr.) ; chef de brigade d’ouvriers à la SNCF à Lyon (Rhône) ; syndicaliste CGT et militant communiste, membre du conseil national de la Fédération CGT des cheminots (1951-1956).

Fils d’un buraliste et d’une mère sans activité professionnelle, Jean Faucher exerçait depuis son apprentissage la profession d’ajusteur. Entré à la SNCF comme ouvrier en 1937, il militait dès cette époque à la CGT réunifiée et au Parti communiste. Connu pour ses engagements politiques, il fut révoqué le 26 avril 1941 et condamné à trente mois de prison pour infraction au décret du 26 septembre 1939 portant sur la dissolution des organisations communistes. Réintégré à Lyon (Rhône) comme ouvrier en novembre 1944, Jean Faucher poursuivit sa carrière comme chef de brigade d’ouvriers d’abord à Lyon, puis en Seine-et-Oise (Corbeil et Villeneuve-Saint-Georges) jusqu’à sa mise à la retraite anticipée pour raisons de santé en 1963.

Durant toutes ces années, Jean Faucher demeura un militant syndical très engagé. À l’issue des grèves de l’automne 1947, durant lesquelles il joua un rôle majeur dans l’occupation du dépôt de Vénissieux (Rhône), il devint secrétaire général du syndicat des cheminots de Lyon. Lors des grèves de février 1950, considéré comme responsable des incidents survenus à Lyon-Guillotière, il fut inculpé pour entrave à la liberté du travail et finalement relâché le 30 mai. Il fut aussi suspendu quelque temps de ses fonctions au lendemain des grèves d’août 1953 durant lesquelles il avait refusé la réquisition.

Jean Faucher avait été élu membre du bureau de l’Union départementale CGT du Rhône en 1950. Il siégeait au conseil national de la Fédération en 1951, mandat renouvelé au congrès de 1953. Par la suite, il quitta assez vite ses responsabilités au syndicat de Lyon pour des raisons indéterminées.

Marié en mars 1933 à Oullins (Rhône), il était père d’une fille née en 1939. Divorcé en 1946, il se remaria en juin 1947 avec une modiste.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article3717, notice FAUCHER Jean [Rhône] par Jean-Pierre Bonnet, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 12 mai 2009.

Par Jean-Pierre Bonnet

SOURCES : Arch. Dép. Rhône, 668 W 91 (note RG du 19 avril 1948) et 88 (note RG du 3 juin 1950). — Arch. SNCF de Béziers. — Arch. Fédération CGT des cheminots. — IHS-CGT Rhône-Alpes, fonds UD. — Comptes rendus des congrès fédéraux. — Audrey Le Goupil, L’Union départementale CGT du Rhône et l’action revendicative (septembre 1944-décembre 1947), Mémoire de maîtrise, Université Lumière Lyon II, 1998, p. 256. — Notes de Marie-Louise Goergen. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément