ROUCHON Pierre, Joseph

Né à Bort (Corrèze). Ouvrier plâtrier et militant socialiste.

D’abord ouvrier à Fontenay-le-Comte (Vendée), Rouchon vint habiter Coulonges-sur-l’Autize (Deux-Sèvres) en 1842 ou 1843.
Il est possible qu’il ait été en relations, à la fin de la monarchie de Juillet, avec le groupe communiste de Niort, dirigé par Paul Guay et qui rayonnait sur la région de Fontenay-le-Comte et de Luçon.
En tout cas, une liste des « chefs des sociétés secrètes » et des « meneurs du parti socialiste » dans les Deux-Sèvres, établie par la police après le coup d’État du 2 décembre, citait Rouchon comme « agent actif de communisme, [...] le seul vraiment dangereux du canton [de Coulonges] ».
La Commission mixte des Deux-Sèvres, en date du 16 février 1852, prit à son encontre la décision suivante : « Considérant qu’il est le colporteur des écrits socialistes et des projets révolutionnaires des villes dans les campagnes, que son activité et son intelligence lui ont gagné quelque influence sur les habitants des campagnes de ce département ;
« La Commission est d’avis qu’il soit éloigné du département. »
Assigné à résidence dans le Calvados, il demeura à Caen, puis à Lisieux.
Affranchi par décision ministérielle du 8 mai 1855 de la mesure de sûreté publique prise contre lui, Rouchon fut alors placé sous la surveillance de la police. Voir Paul Guay*, René Savariau*

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article37317, notice ROUCHON Pierre, Joseph , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCES : Arch. Dép. Deux-Sèvres, 4 M 6/17, 4 M 15/4.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément