ROUSSEAU Achille [ROUSSEAU René, Achille]

Né à Saint-Georges-des-Sept-Voies (Maine-et-Loire) le 4 mars 1805, mort à Martigné-Briand (Maine-et-Loire) le 13 août 1857. Saint-simonien.

Fils de René Rousseau, maire de Saint-Georges, propriétaire exploitant et novateur en matière agricole, Achille Rousseau fut élevé à la Jean-Jacques, avant de faire des études régulières à Angers. Pour les achever, il alla à Paris où il embrassa le saint-simonisme.
En 1832, après des voyages en Angleterre, en Allemagne et en Italie, il adhéra pleinement à la doctrine de Prosper Enfantin* et se cloîtra à Ménilmontant. Au mois d’août, il partit avec deux compagnons sur les routes de France, puis d’Allemagne, pour répandre le nouvel évangile par l’exemple, par la parole, par la plume et par le chant.
Il portait le costume saint-simonien, et continua de le porter au moins en privé durant toute sa vie. Il prêchait et écrivit entre autres : Chant saint-simonien : Je ne veux plus être exploité, Paris, s. d., signé Achille Rousseau, apôtre ; Chant saint-simonien : Peuple fier, peuple fort, Paris, s. d., signé Achille Rousseau, apôtre ; Explication de la religion saint-simonienne, Nantes, 1833. Il chantait ses œuvres sur des airs généralement composés par Félicien David*.
Un moment fixé à Angers, il repartit bientôt de ville en ville jusqu’en Suisse, et ne s’installa définitivement dans la propriété paternelle du « Prieuré », à Saint-Georges-des-Sept-Voies, que vers 1850. Il la géra jusqu’à sa mort et la légua à une de ses nièces, la comtesse Decaen, elle-même saint-simonienne convaincue (morte en 1870). Voir Gustave Briard*

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article37371, notice ROUSSEAU Achille [ROUSSEAU René, Achille] , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 18 avril 2018.

SOURCES : Célestin Port, Dictionnaire historique... du Maine-et-Loire, Paris-Angers, 1874-1878. — « Le saint-simonisme en Anjou », Revue de l’Anjou, 1880, pp. 1 à 19 et 99 à 133. — Georges Weill, L’école saint-simonienne, Paris, 1896, p. 120, p. 140, p. 147 (note). — « Un foyer saint-simonien en Anjou », La Province d’Anjou, 1929, pp. 319-332.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément