FERRAND Pierre

Né en 1899 à Oran (Algérie) ; cheminot, journaliste à l’Humanité ; syndicaliste unitaire (CGTU) et militant communiste d’Algérie.

Pierre Ferrand, cheminot à Sidi-Bel-Abbès, était en 1921-1922 membre de la section communiste de la ville, forte de plusieurs dizaines d’adhérents. et représentée à la municipalité par les sept élus socialistes devenus communistes derrière l’instituteur Maxime Guillon* ; celui-ci fut l’auteur en 1921 de la motion dite de Sidi-Bel-Abbès dénoncée plus tard pour son racisme colonial par l’IC. Pierre Ferrand était, en 1922, trésorier de la section. Employé de la Compagnie de chemins de fer PLM, il devint aussi, la même année, membre de la CE de l’Union CGTU des cheminots d’Algérie puis secrétaire général de l’Union. En octobre 1923, il fut suspendu de son emploi par la direction de la Compagnie PLM. Cette sanction souleva des protestations : une journée de grève, des manifestations et une agitation qui se prolongea. Pierre Ferrand participa encore à la réunion préparatoire du 1er mai 1924 à Sidi-Bel-Abbès en exposant le programme de la CGTU ; ce fut le moment de son départ pour Paris.

Pierre Ferrand fut en effet appelé pour être journaliste à l’Humanité et participa aux réunions de la Commission coloniale du PC. Il écrivit des articles sur la question coloniale dans les Cahiers du bolchevisme, la revue doctrinale, notamment « Du colonialisme au nationalisme ouvrier » (n° 13, février 1925) et « De l’état actuel de la question coloniale pour la France » (n° 14, mars 1925). À la fin de 1924, il était chargé des pages de la chronique « Vie sociale » à L’Humanité, puis en en juillet 1925, il fut nommé directeur de la librairie du Parti communiste à Paris.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article3791, notice FERRAND Pierre, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 16 octobre 2019.

SOURCES : Arch. Wilaya d’Oran, 45 et 56. — Arch. IRM (PCF) Paris, microfilms Commission coloniale bob. 7 série 70 et bob. 64 et 95. — Le Cheminot algérien, 1922. — La Lutte sociale, 1922-1924. — J. Delorme, mémoire sur les communistes de Sidi-Bel-Abbès, op. cit. — Notice DDBMOF.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément