FERRAT Charles, Joseph

Par Yves Lequin

Né le 20 octobre 1896 à Charency (Jura), mort en déportation ; cheminot ; syndicaliste unitaire (CGTU) et militant communiste du Jura.

Fils d’agriculteurs, marié à Champagnole (Jura) le 20 mai 1922, cheminot à la Compagnie PLM, Charles Ferrat milita quelques années à Dole (Jura) au Parti communiste et comme syndicaliste unitaire. En 1932, il était secrétaire de la cellule communiste de Dole qui comptait 159 adhérents. Les autres membres du bureau étaient : J. Lagorce, secrétaire adjoint, Louis Coust, trésorier, Ernest Constantin, trésorier adjoint. Candidat sur la liste communiste aux élections municipales de Dole en mai 1929, il avait recueilli 165 voix sur 3 251 suffrages exprimés — la moyenne obtenue par cette liste était de 282 voix.

Secrétaire du syndicat unitaire des cheminots de Dole, il fut délégué au congrès fédéral des cheminots en novembre 1930 et, deux ans plus tard, élu conseiller prud’homme à Dole, battant Paul Schwenck ; il était à la même époque délégué de 4e catégorie pour les cheminots. Au congrès de la 5e Union régionale unitaire tenu à Belfort le 25 septembre 1932, il rapporta au nom de la commission des mandats : 28 syndicats étaient représentés par 41 délégués disposant de 48 mandats. C’est à ce congrès que le rapport moral de Jacob fut repoussé par 31 voix contre 16.

En juin 1934, Ferrat devint trésorier adjoint de l’Étoile sportive doloise constituée en juin 1934 et adhérente de la FST.

À la suite de la grève du 12 février 1934, il fut inculpé et condamné à huit jours de prison avec sursis pour « voies de fait à agent » ; cela lui valut en outre une sanction administrative de la Compagnie PLM, puisqu’il fut déplacé à Montbéliard (Doubs) à partir du 1er octobre 1934. À ce moment-là, il fut encore candidat communiste aux élections cantonales à Dole. Il serait revenu ultérieurement dans cette ville. C’est vers 1935-1937 qu’il quitta le Parti communiste auquel il serait devenu par la suite très hostile.

Arrêté, à la suite d’un malentendu semble-t-il – en raison de son passé de communiste – car il n’aurait pas fait acte de Résistance, il mourut en déportation.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article3794, notice FERRAT Charles, Joseph par Yves Lequin, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 24 janvier 2022.

Par Yves Lequin

SOURCES : Arch. Nat. F7/13130 (1932). — Arch. Mun. Dole, 1 K3. — Le Jura socialiste, octobre 1934. — Le Semeur, novembre 1930 ; 26 novembre 1932 ; 26 juin, 7 et 14 juillet, 29 septembre 1934. — Le Semeur ouvrier et paysan, 8 octobre 1932.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément