SUPIAU (ou SUPIOT) Henry, Charles, Ferdinand, dit Capitaine

Né le 15 septembre 1825 à Châtillon-sur-Sèvre (Deux-Sèvres) ; tisserand à Coulonges-Thouarsais (Deux-Sèvres).

Fils de René Charles Supiot (1798-1879), tisserand, et de Victoire Talbot, Henry Supiau était tisserand lui-même à Coulonges-Thouarsais en 1856.

Il fut condamné, le 13 septembre 1856, par le tribunal correctionnel de Bressuire, à six mois de prison pour affiliation à la société secrète la Marianne.

Voir Arnault Philippe-Auguste pour la liste des « Marianneux » des Deux-Sèvres condamnés en 1856.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article38007, notice SUPIAU (ou SUPIOT) Henry, Charles, Ferdinand, dit Capitaine , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 12 février 2021.

SOURCES : Arch. Nat., BB 30/417, p. 1411. — Arch. Dép. Deux-Sèvres, Registre des jugements du tribunal de Bressuire, année 1856 ; état civil et recensements. — Notes d’Alain Dalançon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément