TASSILLIER

Par Michel Cordillot.

Matelassier-typographe, installé 68 Grand str., New York.
Il se confond selon toute vraisemblance avec Théodore Louis Tassilier*
Arrêté au lendemain du coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte, il fut envoyé au bagne de Cayenne (L’Homme, journal de la démocratie universelle publia le 26 avril 1856, une lettre écrite par lui avant son évasion dénonçant les conditions atroces faites aux bagnards de Cayenne). Cinq ans plus tard, Tassilier figurait à New York au nombre des rédacteurs-fondateurs du Revendicateur, qui avait pris la suite du Libertaire de Joseph Déjacque*.
Ce " journal des intérêts populaires » se voulait une « tribune nouvelle créée pour la propagation des ides humanitaires et sociales. » Dans le programme exposé dans la page spécimen figuraient les points suivants : « abolition des armées permanentes, (...) suppression du clergé, (...) suppression de la propriété personnelle de la terre, (...) suppression du capital et de la rente, (...) l’égalité civile absolue devant la loi comme devant le scrutin, (...) la possession des instruments de travail par les producteurs (...) et, d’une manière générale, l’extinction des maux, des vices et des misères qui affligent l’humanité. "
Le Revendicateur n’eut qu’une existence éphémère, disparaissant sans doute du fait de la crise économique aiguë qui frappa NYC dès l’annonce de la Sécession des États sudistes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article38092, notice TASSILLIER par Michel Cordillot., version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 26 juin 2018.

Par Michel Cordillot.

SOURCES : L’Homme, journal de la démocratie universelle, 26 avril 1856 — Le Revendicateur, 1865.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément