TOCHÉ Jules

Saint-simonien. Né à Nantes vers 1808, mort le 10 août 1861.
Ancien élève de l’École d’agriculture de Roville, agriculteur, Jules Toché apporta sa fortune au mouvement saint-simonien. Signalé comme abonné à L’Organisateur en juin 1831, il fut l’un des quarante apôtres de Ménilmontant, avant de gagner Lyon, en décembre 1832, en compagnie de Barrault*. Membre des Compagnons de la femme, il embarqua le 22 mars 1833 pour l’Orient, ariva à Alexandrie en mai 1833, mais, brouillé avec Barrault, en repartit dans l’été pour revenir en Égypte, en décembre de la même année, en compagnie cette fois de Cécile Fournel* et de Clorinde Rogé*. Il ne semble pas que ses tentatives pour réformer l’agriculture égyptienne aient eu de grands résultats. Sa présence est signalée à Istamboul en 1836-1837, parmi les rédacteurs du Moniteur ottoman.
Par la suite, Jules Toché prospéra comme négociant, avec son frère, à l’île Maurice, à partir de 1840, et fit au moins un autre séjour en Égypte, en 1845.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article38324, notice TOCHÉ Jules, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCES : Bibl. Arsenal, Fonds Enfantin, en part. mss. 7 671/38, 7 691/9, 7 730/48, 7 739/66, 7 740/72, 7 768/18, 7 790/109, 7 791/133, et Fonds Eichthal, ms. 13 739/78 — Procès [des saint-simoniens], 1832, p. 29. — H. d’Allemagne, Les Saint-Simoniens, 1827-1837, Paris, 1930, p. 143, 371 et 377.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément