TREFFIER Claude.

Né le 1er floréal an VIII à Mâcon (Saône-et-Loire), mort en mars 1859 à Mâcon ; marié, deux enfants ; tonnelier. Noté pour son caractère violent et emporté, il fut condamné par deux fois en correctionnelle pour rebellion envers le force armée, le 17 avril 1819, et pour outrage envers un fonctionnaire public, le 4 février 1850. En 1848, « il fut l’un des chefs de la compagnie d’artillerie où semblaient s’être réunis les éléments les plus actifs de l’opposition politique de la ville ». Membre des sociétés secrètes, il était à la tête de toutes les manifestations politiques depuis 1848. Le 3 décembre 1851, à Mâcon, il arracha les affiches apposées par l’administration annonçant le coup d’État en proclamant publiquement : « vous voyez bien que l’on vous trompe, que ce ne sont que des charlatans qui ne cherchent qu’à renverser la République ». Il fut admis à la loge maçonnique de Mâcon, Les Arts réunis, en 1825. La Commission mixte de Saône-et-Loire le condamna à dix ans de surveillance, le 9 février 1852, mais il échappa à l’arrestation.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article38399, notice TREFFIER Claude. , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCES : Arch. Nat., BB 30 400, — Arch. Dép. de la Côte-d’Or, U IV E5. — Arch. Dép. de Saône-et-Loire, série M 122. — Notes d’A. Jeannet et P. Lévêque.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément