VAUX Pierre

Par Pierre Lévêque

Né le 8 janvier 1821 à Ecuelles (Saône-et-Loire), mort à Cayenne (Guyane) en 1874 ; instituteur ; républicain, socialiste.

Fils d’un cultivateur, élève de l’École normale de Mâcon, il fut nommé instituteur à Longepierre (Saône-et-Loire) en 1844.
Démocrate convaincu, influencé par Louis Blanc*, Michelet, Pierre Leroux* et surtout Félicité de Lamennais*, il jugeait de son devoir de prendre la défense des pauvres. A Longepierre, il obtint du conseil municipal la gratuité complète de l’enseignement et l’allotissement d’une partie des communaux souhaité par les journaliers.
Partisan enthousiaste de la République, il fut très vite en butte à la haine des notables de la commune. Dénoncé comme « rouge », il fut suspendu le 25 février 1850, puis révoqué le 12 avril 1850. Il se fit alors cultivateur sur les terres de sa femme. Le 24 août, il fut élu avec toute sa liste au conseil municipal, qui le choisit comme maire, le 28 janvier 1851, contre l’aubergiste Gallemard. Le préfet refusa de ratifier ce choix et c’est Gallemard qui exerça les fonctions de maire.
A partir du début de mars 1851, des incendies (commandités par Gallemard qui exerçait des vengeances personnelles) se succédèrent dans le village et la rumeur publique en accusa le "rouge" Pierre Vaux. Dans l’atmosphère de terreur qui suivit le coup d’Etat à Longepierre, Pierre Vaux fut condamné (avec trois de ses"complices") aux travaux forcés à perpétuité par les assises de Saône-et-Loire, le 23 juin 1852.
Les incendies continuèrent à Longepierre et Gallemard, finalement mis en cause, se suicida dans sa prison, le 14 août 1855. Mais la magistrature impériale mit tout en œuvre pour que le verdict de 1852 ne soit pas remis en cause.
Pierre Vaux qui avait obtenu de faire venir sa famille en Guyane, où le gouverneur lui avait accordé une concession de terre, refusa de demander sa grâce. Son procès ne fut révisé et son innocence pleinement reconnue qu’en décembre 1897 grâce aux démarches d’un de ses enfants, Pierre Armand Vaux, député socialiste de la Côte-d’Or en 1893.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article38613, notice VAUX Pierre par Pierre Lévêque, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 5 février 2020.

Par Pierre Lévêque

SOURCES : Arch. Nat. F1 GII Saône-et-Loire 19, F17 10321, 11550, 11551, BB30 377. — Arch. Dép. Saône-et-Loire, T168, 51 M 40 (ancienne cotation). — A. Bruchot et C. G. Gauthey, Aux instituteurs de France. Histoire de Pierre Vaux, l’instituteur de Longepierre, Louhans, 1889, rééd. 1994. — A. Zévaès, Pierre Vaux, instituteur et forçat, 9ème édit., Paris 1930.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément