VÉRIOT Étienne, Albert

Né en 1819 à Bar-le-Duc (Meuse). Fils d’un ancien soldat de l’Empire, blessé à Iéna, qui comptait dix-huit ans de service et treize campagnes. Il fit ses études au collège de Bar-le-Duc. Sergent au 33e régiment de ligne, il quitta l’armée en janvier 1846 après sept ans de service. Employé aux vivres à la mairie du XIe, il était, en 1848, chargé du recensement des Ateliers nationaux de l’arrondissement. Secrétaire et chef de quartier du club des droits de l’Homme (section de la rue Jean-de-Beauvais, présidée par Narcisse Lucas*), il défendit, le 23 juin, la barricade de la place Saint-Michel, puis, dans la nuit, après la prise de la barricade du Petit-Pont, fut arrêté, rue de la Barillerie, en possession d’une lettre qui lui donnait rendez-vous pour le même jour au cabaret du Vieux-Chêne, qui passait pour le quartier général des insurgés. Transporté, il fut gracié en juillet 1849. Voir Pierre Colin *

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article38661, notice VÉRIOT Étienne, Albert , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Arch. Min. Guerre, A 12030.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément