VIDAL <£CEP>

Cordonnier de Toulouse. Sous la Seconde République, il joua un rôle de premier plan dans les sociétés secrètes. Il était, en outre, à la tête de l’Association des cordonniers et collaborait au journal L’Émancipation, de tendance socialiste modérée. Il résista énergiquement au coup d’État et fut condamné à la transportation. Il devait l’être une nouvelle fois après l’attentat d’Orsini, en 1858. Voir Marie Achard*, Louis Cartier*, Armand Duportal *

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article38718, notice VIDAL <£CEP>, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : G. Duveau, La Vie ouvrière en France sous le Second Empire.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément