VIDAL Edmond [VIDAL Jean, Marie, Edmond]

Par Notice revue et complétée par Ph. Régnier

Né en 1811 à Nivel (Belgique). Libraire ; propagandiste saint-simonien et fouriériste.

Edmond Vidal était fils d’un juge du tribunal de Carpentras.
Trop jeune, il avait été écarté de la retraite de Ménilmontant, à laquelle il avait exprimé le vif désir de participer. Lorsque Barrault* institua le Compagnonnage de la Femme, Vidal quitta son emploi de répétiteur au grand collège de Lyon pour entreprendre une grande tournée de propagande à travers le Midi. Le journal saint-simonien de Toulon Amour à tous ! relate ses étapes à Béziers, Montpellier, Agde, Lodève, Milhau et Toulouse. Poursuivi, à dater du 26 septembre 1833, pour incitation à la désobéissance aux lois et distribution publique d’écrits troublant la paix publique en « excitant les citoyens à la haine et au mépris d’une ou plusieurs classes de personnes », Vidal fut acquitté le 28 novembre par le tribunal de Toulouse. Dans les attendus du jugement, le jury notait que le texte incriminé, adressé au « peuple », se concluait par un appel à la paix.
Vidal se tourna par la suite vers le fouriérisme. Libraire à La Guillotière (Rhône) il fit paraître entre 1836 et 1838 L’Harmonie, journal industriel et littéraire. En 1835, il avait été un des premiers adhérents de la coopérative de consommation lyonnaise : Le Commerce véridique et social, de Michel Derrion*. Il fut ultérieurement surveillé par la police lyonnaise, comme propagateur d’idées subversives, quand il exerça la profession d’inspecteur d’assurances.
Il s’établit à Vienne (Isère) de 1844 à 1846 comme libraire et eut des relations avec les militants viennois, sans doute avec les cabétistes et les saint-simoniens, aussi bien qu’avec les fouriéristes.
Puis il retourna à Lyon, où il publia après février 1848, Le Vrai Républicain, et joua un rôle important sous la Seconde République.
Il ne doit pas être confondu avec François Vidal, l’auteur de Vivre en travaillant. Voir Jean-Baptiste Couturier*, Albin Crépu*, Jérémie Monnet* pour les fouriéristes, Perrin* pour les saint-simoniens de Vienne, et, pour les cabétistes, Vincent Coëffé *

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article38725, notice VIDAL Edmond [VIDAL Jean, Marie, Edmond] par Notice revue et complétée par Ph. Régnier , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 27 mars 2018.

Par Notice revue et complétée par Ph. Régnier

SOURCES : Bibl. Arsenal, Manuscrits, Fonds saint-simonien, 7818. — Archives judiciaires de Toulouse. — Amour à tous ! 1833, numéros 11, 14, 15, 18 et 19. — Fernand Rude, « L’arrondissement de Vienne en 1848 », dans La Révolution de 1848 dans le département de l’Isère, Grenoble, 1949, p. 224 et p. 321. — Jean Gaumont, Histoire générale de la coopération en France, t. I.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément