VIGUIER Jacques, Paul, Christophe

Né à Saint-Béat (Haute-Garonne) le 9 mars 1782, mort à Bourges (Cher) le 30 juillet 1858. Représentant démocrate-socialiste du Cher en 1849.

Viguier, républicain de vieille date, était établi à Bourges en 1848 comme armurier. Il fut élu le 13 mai 1849, sixième et dernier député du Cher, par 31.889 voix sur 61.469 votants et 82.313 inscrits. Montagnard dénué de talent oratoire, mais énergique, il vota contre l’expédition de Rome, contre la loi Falloux et contre la loi restrictive du suffrage universel, en 1850. Sa protestation contre le coup d’État du 2 décembre 1851 lui valut d’être expulsé, quoique septuagénaire. Il revint dans des conditions inconnues, et il n’y a rien d’étonnant à ce que la police l’ait soupçonné en 1855 d’avoir organisé la Marianne à Nantes et à Bordeaux. Il aurait en outre composé des chansons républicaines et révolutionnaires que Guilbaud chantait dans les réunions de la Jeune Montagne, branche parisienne de la Marianne.
L’allégation qu’il ne serait rentré à Bourges que pour y mourir manquerait absolument de fondement, dans ces conditions. Voir Pierre Guilbaud*.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article38773, notice VIGUIER Jacques, Paul, Christophe , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 30 août 2017.

SOURCES : Arch. Nat., BB 30/413, P. 1246. — Robert, Bourloton et Cougny, Dictionnaire des Parlementaires français.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément