VILCOQ Stanislas dit la Jambe-de-bois [VILCOCQ]

Par Notice revue et complétée par P.-J. Derainne et Jean Risacher

Né en 1810 à Étrepilly (Seine-et- Marne), mort en 1884 ; agent d’affaires, puis fabricant de briques ou de céramique ; animateur des Phalanges démocratiques ; de tendance communiste.

Stanislas Vilcoq était amputé d’une jambe. En 1837, demeurant 17, rue Montorgueil IIIe arr. ancien, maintenant Ier, il était membre du comité des Phalanges démocratiques, société secrète républicaine et communiste, inculpé d’affiliation à une société secrète, il fut arrêté et écroué à Sainte-Pélagie le 17 janvier 1837, mais fut libéré par l’amnistie du 8 mai. En 1839, demeurant suivant les sources 12, rue du Poirier (VIIe arr. ancien, maintenant emplacement plateau Beaubourg, IVe) ou 49, rue Copeau (XIIe arr. ancien, maintenant Lacépède, Ve), ou encore 49, rue Pagevin (IIIe arr. ancien, maintenant Hérold, Ier), il tenta avec Joseph Béchet* de relancer le Moniteur Républicain, mais après la publication de deux numéros, ils furent surpris par la police et il fut arrêté le 8 juillet. Écroué le 11 à Sainte-Pelagie, il fut condamné le 30 novembre 1839 à 8 ans de détention. Incarcéré avec Béchet, le 19 décembre, au Mont-Saint-Michel où il retrouva Auguste Blanqui* et les condamnés de mai 1839, il partagea leur calvaire jusqu’au 24 octobre 1842 et fut transféré à Paris. Bien qu’ayant davantage de contact qu’au Mont — il avait ainsi pu annoncer par lettre en juillet 1843 à Béchet, resté au Mont, la sortie de La Réforme —, il ne fut pas libéré pour autant et fut exclu des remises de peine de 1844. En 1847, il demandait encore à bénéficier d’une remise de peine pour pouvoir porter assistance aux siens. (Voir les autres unijambistes, Mathieu d’Épinal*, Bernard Pornin*).
On peut croire Geneanet qui le fait naître en 1810, épouser Appoline Laure Sauvage en 1843 et décéder en 1884.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article38776, notice VILCOQ Stanislas dit la Jambe-de-bois [VILCOCQ] par Notice revue et complétée par P.-J. Derainne et Jean Risacher , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 31 mars 2017.

Par Notice revue et complétée par P.-J. Derainne et Jean Risacher

SOURCES : Arch. Nat., BB 24 501 à 503. — Arch. Dép. Paris (Seine), DQ 19 / 609, n° 5712 ; registres d’écrou DY/8 10-3542, DY/8 17-9546. — Cour des pairs. Procès politiques, 1830-1835, Inventaire dressé par J. Charon-Bordas, Paris, Archives Nationales, 1983, CC 617 d 5. — E. L’Hommedé, Le Mont-Saint-Michel, prison politique sous la monarchie de Juillet, Paris, Boivin, 1932. — L.-A. Blanqui, œuvres I. Des origines à la Révolution de 1848, textes présentés par D. Le Nuz, Nancy, Presses Universitaires, 1993.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément