VUILLERMOZ Romuald

Fils d’un magistrat légitimiste de Pontarlier (Doubs). Il fit son droit et s’établit comme avocat à Lons-le-Saunier (Jura). « Avocat d’un rare mérite », « meneur actif et intelligent », dira le procureur général de Besançon en 1850 (Arch. Nat., BB 30/470 (3).) Vuillermoz avait abandonné les opinions familiales et adhéré, au début de la monarchie de Juillet, à l’Association générale des Peuples contre les rois, puis à la franc-maçonnerie, puis aux Bons Cousins Charbonniers. Voir Barbier*, Bousson*, Pierre, Joseph Briot.*, Roussey*, Théophile Vernier* Enfin il s’affilia à la « Fédération générale des Peuples », à la veille de 1848, et entra au Comité républicain clandestin de Lons, dont il devint le secrétaire. Voir Piard M.-L.* et Antoine Sommier *
Au banquet du 26 mars, il portait un toast à l’avènement de la fraternité de tous les peuples. Voir aussi Louis Jousserandot*, Jules Outhier*

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article38915, notice VUILLERMOZ Romuald, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : A. Desaunais, « La Révolution de 1848 dans le département du Jura (24 février-10 décembre 1848) », dans le Volume du Centenaire de la Révolution de 1848 dans le Jura, publié par la Société d’émulation du Jura, Lons-le-Saunier, 1948, pp. 49-359.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément