WATTEAU Louis (Dr)

Par Jean Maitron. Notice reprise et complétée par Michel Cordillot

Né le 1er octobre 1823 à Maulde (Nord), mort le 3 octobre 1912 à Ixelles (Belgique). Médecin. L’un des amis proches de Blanqui sous le Second Empire.

Louis Watteau était l’aîné d’une famille de sept enfants. Médecin militaire, il rentra dans la vie civile à Lille (Nord) fin 1852 et s’installa pour exercer Place des Reignaux. Membre des sociétés républicaines au tout début de l’Empire, ami d’Arthur Ranc, il créa à Lille, avec l’aide de Jules Demeunynck, plusieurs groupes d’opposants résolus dont les membres s’exerçaient au maniement des armes. À la fin de 1852 ou en 1853, il mit les conjurés du complot de l’Hippodrome en rapport avec plusieurs sous-officiers de la garnison de Lille et avec les réfugiés de Belgique. Il avait projeté d’arrêter un certain nombre d’officiers et de fonctionnaires civils. Il voulait s’emparer de la citadelle de Lille, puis de la ville même et en faire un centre d’insurrection. Il fut arrêté avec les autres conjurés du complot de l’Hippodrome et, en janvier 1854, condamné à cinq ans de prison et 100 francs d’amende.
Durant son emprisonnement à Belle-Ile-en-Mer, Watteau se lia avec Auguste Blanqui. Il lui voua aussitôt admiration et amitié et lui prodigua des soins.
Libéré en 1857, Watteau partit s’installer à Bruxelles, où il exerça sa longue carrière médicale. Lorsque Blanqui fut à son tour libéré fin août 1859, il trouva refuge chez Watteau. Ils publièrent ensemble en 1859-60 le Bien-être social. En même temps, Watteau rédigeait Quatre ans à Cayenne à partir des notes du forçat François Attibert, et sa brochure de 1859, Blanqui devant les Révélations historiques, signée R... (le nom de famille de la mère de Watteau était Roseau), répondait à l’ouvrage de Louis Blanc. Écrivain politique, Watteau fut aussi l’auteur de romans (Au village fut publié en 1865 dans le Candide) et d’ouvrages d’art.
En mars 1861, Blanqui fut de nouveau arrêté à Paris et se vit condamné à quatre ans de prison. C’est à Watteau que Karl Marx transmit en décembre le montant d’une collecte effectuée parmi les exilés allemands de Londres. Durant toute cette période Watteau continua d’assister Blanqui, lui rendant même visite dans sa prison en dépit des risques encourus. Ils entretinrent une abondante correspondance aujourd’hui éditée.
Le 27 août 1865, Blanqui s’évada de l’hôpital Necker, et il gagna aussitôt le domicile de Watteau en Belgique à la recherche d’un asile sûr.
En 1866, alors que Blanqui se trouvait en Suisse, Watteau tomba gravement malade ayant contracté le choléra. Avec le Dr Lacambre, Louis Watteau fut l’un des amis proches de Blanqui jusqu’à la rupture dont ce dernier prit l’initiative en 1868, sans que la fidélité de l’ami exemplaire en ait jamais été entachée.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article38944, notice WATTEAU Louis (Dr) par Jean Maitron. Notice reprise et complétée par Michel Cordillot, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 25 octobre 2020.

Par Jean Maitron. Notice reprise et complétée par Michel Cordillot

SOURCES : I. Tchernoff, Le Parti républicain au coup d’État et sous le Second Empire.Lettres familières d’Auguste Blanqui et du Dr Louis Watteau, présentées et annotées par Maurice Paz, Institut historique de Provence, Marseille, 1976.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément