FRIEDMANN Aloïse, Louis

Par Françoise Olivier-Utard

Né le 2 août 1901 à Basse-Yutz (Lorraine annexée), mort le 29 juillet 1976 à Munster (Haut-Rhin) ; cheminot (manœuvre puis visiteur de machines) ; syndicaliste CGTU puis CGT et militant communiste du Bas-Rhin.

Après la mort du père naturel d’Aloïse Friedmann, conducteur de machines à Basse-Yutz, sa mère épousa le frère de celui-ci, qui exerçait le métier de charpentier. Le jeune Aloïse fit ses études à l’école primaire de Basse-Yutz, obtint son certificat d’études primaires, puis un CAP de chaudronnier qui lui permit d’entrer aux chemins de fer. Admis comme élève aux ateliers de Bischheim le 25 septembre 1916, il devint manœuvre en août 1919. Muté au dépôt de Hausbergen en avril 1924, il accéda au grade d’ouvrier en 1937, puis de visiteur de machines à partir de janvier 1956.

Aloïse Friedmann adhéra à la CGTU, puis au Parti communiste en 1932, alors qu’il habitait Dalhunden (Bas-Rhin), sur la ligne de Wissembourg. Il dirigea le groupe communiste « orthodoxe » composé d’une trentaine de membres (?), tous employés à Strasbourg. Ce groupe n’eut pas d’activité publique. Aloïse Friedmann resta « ligniste », c’est-à-dire qu’il ne suivit pas la dissidence autonomiste du maire communiste de Strasbourg, Hueber. Il emménagea à Schiltigheim (Bas-Rhin) en 1936.

Au début de la guerre, la famille fut évacuée dans la région de Limoges (Haute-Vienne) et rentra en Alsace annexée à l’automne 1940. Participant aux activités clandestines du Parti communiste, Aloyse Friedmann dut se cacher quelque temps pendant la vague d’arrestations de mai 1942. Un de ses fils fut incorporé de force dans la division Waffen SS « Das Reich ».

En 1945, Aloïse Friedmann fut élu responsable du dépôt de Hausbergen (Bas-Rhin), et fit ainsi partie, à partir de sa création en 1954, de la commission exécutive de l’Union des syndicats de cheminots CGT d’Alsace et de Lorraine, jusqu’à sa retraite en 1957. Il était alors devenu visiteur de machines à Bischheim et Hausbergen. Il devint ensuite responsable des retraités de l’arrondissement de Strasbourg. Il fut élu au bureau national des retraités en avril 1963 et réélu en novembre 1965.

Aloïse Friedmann s’était marié en mai 1925 à Dalhunden avec Anna Wolff, dont il eut dix enfants entre 1925 et 1945.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article4032, notice FRIEDMANN Aloïse, Louis par Françoise Olivier-Utard, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 16 octobre 2019.

Par Françoise Olivier-Utard

SOURCES : Arch. Nat. F7/13130, année 1932. — Arch. Dép. Bas-Rhin, 544 D 152. — Arch. SNCF de Béziers. — Arch. Fédération CGT des cheminots. — Le Cheminot unifié, avril 1945. — Le Cheminot, juin 1949, juin 1952, décembre 1954. — Notice DBMOF. — Notes de Marie-Louise Goergen. — Entretien du 26 avril 2002 avec son gendre, Fernand Brecher. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément