FUSCIEN Louis, Charlemagne, Emmanuel

Par Jean-Jacques Doré

Né le 16 décembre 1894 à Dieppe (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), mort le 31 mars 1941 à Dieppe ; cheminot ; trésorier du syndicat CGT des Cheminots de Dieppe de 1925 à 1927 puis de l’Union locale de 1928 à 1930.

Fils d’un chauffeur aux chemins de fer de l’Ouest, Louis Fuscien, employé au petit entretien à la gare de Dieppe, fut mobilisé le 18 décembre 1914 dans l’artillerie. Après sa libération le 18 mars 1919, il fut réaffecté à la gare de Dieppe du réseau État et rejoignit le syndicat CGT des Cheminots.

En janvier 1922, l’inévitable scission se produisit et les militants se répartirent à part égale. 200 d’entre eux avec Séver Delamare rejoignirent la CGTU Tandis qu"Albert Gicquel et 204 syndiqués restèrent fidèles à la CGT ; Fuscien était l’un d’entre eux.

Secrétaire adjoint du syndicat de 1922 à 1924, il prit en charge la trésorerie de l’organisation de 1925 à 1927. Le bureau était alors composé d’Albert Gicquel (secrétaire), Émile Guingamp (secrétaire adjoint), Louis Fuscien (trésorier) et Jean Bonneur (trésorier adjoint).

En septembre 1928, il participa à la renaissance de l’Union locale CGT de Dieppe qui avait cessé de fonctionner en 1923. Le bureau élu à cette occasion comprenait Eugène Chabosseau (secrétaire), Jean Bonneur et Jules Charbonnel (secrétaires adjoints), Louis Fuscien (trésorier) et Léon Jouault (trésorier adjoint). Trésorier jusqu’en décembre 1930, l’UL CGT comptait alors 9 syndicats et 735 adhérents. En cette même année, l’Union locale unitaire groupait 9 syndicats représentant 574 militants.

En 1927, Louis Fuscien habitait 7 rue d’Eu à Dieppe, tuberculeux, il mourut prématurément le 31 mars 1941.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article4061, notice FUSCIEN Louis, Charlemagne, Emmanuel par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 4 janvier 2021, dernière modification le 4 janvier 2021.

Par Jean-Jacques Doré

SOURCES : Arch. Nat. F7/13672, rapport du 8 avril 1926. — Arch. Dép. Seine-Inférieure 10 MP 1410 Syndicats dissous avant 1936, État civil, Registre matricule militaire. — Arch. de l’UD CGT liasse 1925-1930. — La Tribune des cheminots, organe de la Fédération nationale [CGT] des travailleurs des chemins de fer, 1er novembre 1924 (Institut d’histoire sociale de la Fédération CGT des cheminots). — Notes de Louis Botella.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément