AGNEL Julien, Félix, Frédéric

Né le 22 août 1824 à Paris ; ajusteur au chemin de fer ; condamné à la déportation et à la dégradation civique pour actes d’insurrections pendant la Commune de Paris.

Domicilié à Paris, marié, père de deux enfants ; ajusteur au chemin de fer d’Orléans. Comme tel, il avait été exempté du service de la garde nationale, mais on le trouva « mêlé volontairement aux insurgés ». Seul reproche : l’arrestation arbitraire de l’abbé Lesmayoux, le 24 mai 1871. Pour ce fait, le 14e conseil de guerre le condamna, le 21 décembre 1871, à la déportation simple et à la dégradation civique. L’abbé Lesmayoux, qui en 1876 allait marier une fille d’Agnel, écrivit à l’insu de la famille une lettre à Mme de Mac-Mahon pour solliciter la grâce du condamné ; la femme d’Agnel lui avait demandé d’intervenir, mais, dit-il, « comme il ne m’appartenait pas de lui donner des espérances, je crus devoir décliner sa demande. » Déporté en Nouvelle-Calédonie, la peine d’Agnel lui fut remise le 23 août 1877, sauf résidence obligatoire qui lui fut remise le 20 août 1878.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article42, notice AGNEL Julien, Félix, Frédéric, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 6 septembre 2018.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/739 et BB 27.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément