GICQUEL Albert, François

Né le 5 décembre 1886 au Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), mort à Neuville-lès-Dieppe (Seine-Inférieure,Seine-Maritime) le 12 février 1953 ; chaudronnier puis sous-chef de brigade à la traction des chemins de fer de l’État ; secrétaire du syndicat CGT des Cheminots de Dieppe de 1921 à 1927.

Fils d’un cheminot, Albert Gicquel était, en 1912, chaudonnier au dépôt de Dieppe des Chemins de fer de l’État. Il était domicilié chez ses parents, rue Cité de Limes. à Neuville-lès-Dieppe (Seine-Inférieure). Le 4 avril 1921, devenu sous-chef de brigade à la traction maritime du dépôt de Dieppe, il fur élu secrétaire du syndicat CGT des Cheminots de Dieppe, en remplacement de Pierre Dréau.

Toujours à la tête des Cheminots en 1922, il tenta avec Julien Platevoët de reconstituer, sans succès, une Union locale confédérée, la majorité des syndicats ayant choisi de rejoindre la CGTU. Réélu secrétaire du syndicat CGT jusqu’en 1927, il fut accusé par ses mandants d’avoir des tendances unitaires et des sympathies pour le communisme, lors d’une assemblée générale tenue le 31 janvier 1925, ce dont il se défendit avec véhémence.

Un rapport de 1926 dressait un état des syndicats de Cheminots du secteur de Dieppe : sur un effectif de près de 1 600 agents, ce syndicat CGT comptait environ 250 adhérents, le syndicat affilié à la CGTU, 160 (voir Robert Patin), et l’Union des cheminots catholiques, une cinquantaine (voir Lucien Davoust).

Albert Gicquel était assisté dans ses fonctions de Émile Guengant, secrétaire adjoint, Louis Fuscien, trésorier, Albert Lesade, trésorier adjoint, Jean-François Bonneur, archiviste ; Eugène Chabosseau et Sanson Acar complétaient le bureau. Le journal La Tribune des Cheminots, édité par la CGT, était l’organe du syndicat.

Il fut conseiller municipal de Neuville-lès-Dieppe.

Le 16 novembre 1912 à Neuville-les-Dieppe, Albert Gicquel s’était marié avec Yvonne Hauchecorne..

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article4340, notice GICQUEL Albert, François, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 13 mai 2020.

SOURCES : Arch. Nat., F7/13672, rapp. du 8 avril 1926. – Archives de l’Union locale CGT de Dieppe. – Fonds ancien de Dieppe, journal les informations dieppoises, février 1953. — Notes de Gilles Pichavant. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément