GOUVENAUX Fernand, Joseph

Par Jean-Jacques Doré

Né le 5 septembre 1896 à Noyon (Oise) ; ouvrier agricole puis cheminot ; secrétaire du syndicat CGT des Cheminots du Tréport de 1926 à 1928 ; syndicaliste CGT de l’Oise, révoqué en 1948.

Fils de Gabrielle Gouvenaux, domestique, Fernand, pupille de l’Oise était ouvrier agricole à Froissy (Oise) lorsqu’il signa un engagement pour la durée de la guerre à la mairie de Beauvais (Oise) le 15 octobre 1914. Fait prisonnier le 13 janvier 1915, interné à Giessen (Hesse, Allemagne), rapatrié le 26 novembre 1918, il fut rendu à la vie civile le 8 septembre 1919 et se maria à Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) le 5 novembre suivant avec Suzanne Laurent ; le couple aura deux enfants.

Le 31 mars 1921, il fut embauché comme homme d’équipe à la Compagnie des chemins de fer du Nord. Affecté au dépôt du Tréport (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), il rejoignit le syndicat CGT local et succéda en 1926 à Alphonse Noël comme secrétaire de l’organisation qui comptait une cinquantaine d’adhérents. Réélu jusqu’en 1928, François Doumen le remplaça en 1929 lorsqu’il fut nommé chef d’équipe dans la région parisienne.

Chef de train à Creil (Oise), toujours militant de la CGT, il fut révoqué le 10 février 1948.

En 1920 Fernand Gouvenaux habitait 1 place du marché aux balais à Rouen et en 1927 7 rue Pierre Lefort à Mers-les-Bains (Somme), séparée du Tréport par l’embouchure de la Bresle.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article4520, notice GOUVENAUX Fernand, Joseph par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 29 octobre 2022, dernière modification le 25 octobre 2022.

Par Jean-Jacques Doré

SOURCES : Arch. Fédération CGT des cheminots. — Notes de Jean-Pierre Bonnet. — La tribune des cheminots organe de la Fédération nationale CGT des travailleurs des chemins de fer 1er mars, 15 oct., 1er nov., 15 déc. 1927, 15 mars, 1er avril 1928 (Institut d’histoire sociale de la Fédération CGT des cheminots). — Notes de Louis Botella. — Arch. dép. Oise État civil, Matricule militaire. — Arch. dép. Seine-Maritime 10 MP 1410 bis, Syndicats dissous après 1936. — Arch de l’UD CGT Liasse CGT 1925-1930.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable