GRANIER Étienne [GRANIER Eugène, Étienne]

Par Pierre Schill

Né le 5 juin 1929 à Sète (Hérault) ; ouvrier aux ateliers de Basse-Yutz (aujourd’hui Yutz, Moselle) ; syndicaliste CGT et militant communiste de Moselle, délégué du personnel, membre du bureau du 7e secteur CGT des cheminots, membre du bureau de la fédération PCF de la Moselle ; adjoint au maire de Yutz.

Cadet d’une famille de sept enfants, dont le père, militant communiste, était aiguilleur au PLM et la mère d’origine espagnole, Étienne Granier commença en novembre 1944 un apprentissage de coiffeur. À la fin de cette expérience, en mai 1947, il occupa divers emplois de courte durée notamment dans le bâtiment. Il travailla à partir du début des années cinquante pour une société de produits chimiques de Sète (Hérault), le Comptoir agricole provençal, puis entra à la SNCF le 16 juillet 1956 aux ateliers de Basse-Yutz. Il devint délégué du personnel CGT dès 1958 à l’échelon local et à l’échelon régional. Il le resta jusqu’à sa retraite en 1984. Fin 1960-début 1961, il siégeait au bureau des syndicats de cheminots CGT du 7e secteur de la SNCF. De son entrée à la SNCF jusqu’à sa retraite il participa et anima toutes les grèves initiées ou suivies par la CGT, notamment celle de mai-juin 1968.

Étienne Granier avait commencé à militer dès son entrée dans la vie active. Il avait été délégué CGT dans les entreprises du bâtiment où il travailla et de 1954 à 1956 il exerça les responsabilités de secrétaire du syndicat CGT des produits chimiques à Sète. En février 1956 à Paris, il participa au congrès international des produits chimiques. Il anima de nombreuses grèves, notamment un long conflit de quarante jours dans le bâtiment en 1952.

En 1958, Étienne Granier adhéra au PC et fit partie du comité de section de Basse-Yutz en 1959, puis au bureau de la section en 1961. Il fut élu au comité fédéral de la Moselle à la fin des années cinquante. Il devait y siéger jusqu’au milieu des années soixante.

Candidat malheureux aux élections municipales de 1965 et 1971 à Yutz, il fut élu aux élections de mars 1977 sur la liste d’Union de la gauche qui remporta le scrutin. Un maire communiste fut élu et Étienne Granier devint adjoint. Au premier tour la liste totalisa 3 422 voix de moyenne sur 8 298 suffrages exprimés contre 2 450 voix à la liste de droite de l’adjoint sortant. Au second tour la liste de gauche remporta l’élection en totalisant 4 622 voix de moyenne sur 8 337 suffrages exprimés contre 3 715 voix à la liste de droite. Il ne se représenta pas en 1983 car il comptait prendre sa retraite dans sa région natale.

Il se présenta aussi aux élections cantonales de mars 1982 dans le canton de Sierck-lès-Bains (Moselle). Candidat du PC, il obtint 157 voix sur 5 187 suffrages exprimés.

Il s’était marié en 1951 à Sète avec Francine Gidaro ; ils eurent six enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article4547, notice GRANIER Étienne [GRANIER Eugène, Étienne] par Pierre Schill, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 15 juin 2010.

Par Pierre Schill

SOURCES : Arch. Dép. Moselle, 76 J 94 ; 151 W 824. — Comités fédéraux du PCF. — Le Républicain lorrain, 14, 15 et 22 mars 1977 et 15 mars 1982. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément