GROSSEMY Ghislain, Joseph, Désir

Né le 21 octobre 1811 à Hébuterne (Pas-de-Calais) ; cheminot à Paris en 1870 ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Marié, séparé de sa femme, Ghislain Grossemy vivait en concubinage et eut une fille d’une de ses maîtresses. Il exerçait dans son pays natal la profession de maréchal-ferrant. Il reconnut avoir été condamné pendant sa jeunesse, à Arras, à huit jours de prison pour coups. Ayant dissipé une assez belle fortune, il vint à Paris en 1841, abandonnant sa femme, et y travailla comme ouvrier frappeur. Revenu pour quelque temps à Hébuterne, en 1851 ou 1852, il s’y vanta d’avoir participé à l’insurrection de Juin 1848.

En 1870, il habitait à Paris, 8, impasse de la Cerisaie (XIIIe arr.), et travaillait comme frappeur aux ateliers du Chemin de fer d’Orléans. Il était membre de la Société de Secours mutuels et de Prévoyance des Ouvriers du Chemin de Fer. Au cours du Siège, il entra au 133e bataillon de la Garde nationale, 7e compagnie, où il resta pendant la Commune, travaillant en même temps, mais irrégulièrement, au chemin de fer. On prétendit qu’il s’était battu « avec acharnement » jusqu’au 25 mai 1871.
La fille de sa dernière concubine, qu’il maltraitait, l’accusa d’avoir été un des exécuteurs de l’archevêque Darboy. Arrêté le 25 mai 1871, il fut condamné, le 24 avril 1874, par le 3e conseil de guerre, à la déportation simple. Il arriva à Nouméa le 4 janvier 1875. Amnistié le 15 janvier 1879, il fut ramené par la Picardie.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article4602, notice GROSSEMY Ghislain, Joseph, Désir, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 15 août 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/807 et BB 27. — Arch. Min. Guerre, 3e conseil, dossier 1638. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément