GUIDI Georges, Gabriel

Par Michel Gorand

Né le 21 mars 1925 à Marseille (Bouches-du-Rhône), mort le 17 avril 2020 à Marseille ; employé SNCF, chef de groupe, puis inspecteur ; membre du bureau national des cheminots CFTC puis CFDT (1962-1967) ; administrateur Assedic (1980-1990).

Le père de Georges Guidi, de nationalité suisse, travaillait à Sud-Aviation et était adhérent à la CGT. Georges Guidi entra à la SNCF comme auxiliaire à Marseille-Arenc (Bouches-du-Rhône) en août 1946. Il milita à la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) de 1944 à 1948 et fut responsable du secteur de Marseille-Centre. Il adhéra à la CFTC fin 1946 et milita aussitôt. Il fut secrétaire général de l’Union Méditerranée à partir de 1955 jusqu’à novembre 1960 et siégea au comité de gérance de la Caisse des retraites. Chef de groupe au dépôt de Marseille (Bouches-du-Rhône), il participa au congrès fédéral de mai 1952 où il se déclara hostile à tout rapprochement avec la seule Fédération FO et réclama l’unité d’action avec toutes les organisations syndicales.

Élu au bureau national lors du congrès fédéral d’octobre 1962, Georges Guidi devint l’animateur du groupe « Démocratie dans le mouvement ». Ce groupe, qui comprenait une dizaine de membres du bureau national, était déterminé à faire appliquer les réformes internes adoptées au congrès, concernant l’allègement des Unions de régions et le renforcement des secteurs ; il édita également un bulletin de liaison en 1963-1964 pour préparer l’évolution de la CFTC. Georges Guidi fut réélu lors du congrès fédéral de la nouvelle CFDT de janvier 1965. Il participa aux deux sessions de formation économique sur la politique des transports à l’Institut du travail d’Aix-en-Provence en octobre 1965 et mai 1966, sessions qui débouchèrent sur des propositions CFDT « pour un Plan décennal des transports » en juin 1966.

Au congrès d’avril 1967, il présenta, au nom du bureau national, les « propositions
syndicales pour une politique des transports en Europe et en France ». Georges Guidi fit partie du comité central de grève de Marseille et s’impliqua fortement dans la grève de mai 1968. Il fut délégué du personnel et siégea au comité mixte d’établissement du dépôt de Marseille. Il prit sa retraite au grade d’inspecteur au 1er octobre 1980 et fut désigné administrateur, représentant la CFDT à l’Assedic des Bouches-du-Rhône jusqu’à 1990. Il suivit l’élaboration du bulletin de l’Union départementale CFDT des Bouches-du-Rhône pendant de nombreuses années.

Fin 2019, il entra à l’EHPAD Rivoli à Marseille 6ème où il mourut le 17 avril 2020.
Marié, il eut six enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article4666, notice GUIDI Georges, Gabriel par Michel Gorand, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 21 juillet 2020.

Par Michel Gorand

SOURCES : Arch. CFDT. — Comptes rendus des congrès fédéraux. — Robert Mencherini, Jean Domenichino (avec la participation de David Lamoureux), Cheminots en Provence. Des voix de la mémoire aux voies de l’avenir (1830-2001), Paris, Éditions La Vie du Rail, 2001, p. 176-178 (photo). — Notes de Georges Ribeill. — Correspondances avec le militant, 2001 et 2002. — Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément