HERMANN André

Par Bertrand Porcherot et Jean-Noël Dutheil.

Né le 1er février 1886 à Marseille (Bouches-du-Rhône), mort le 25 août 1964 à Lavelade (Ardèche) ; cheminot ; militant syndical et communiste de l’Allier et de la Saône-et-Loire.

photo fournie par la famille.

Né de père inconnu, sa mère était d’origine alsacienne (née à Altkirch), André Hermann se maria à Marie, Louise Guérin (dite Maria) dont il eut une fille née à Yzeure (Allier) le 27 juillet 1921, ils habitèrent rue Adjudant Réau. André Hermann exerçant la profession de conducteur à la compagnie des chemins de fer du PLM et milita à la CGT. Il arriva à Yzeure en 1914, en mars 1920, il fut l’un des signataires d’une affiche « contre une iniquité » apposée suite aux menaces de poursuites devant les tribunaux contre le secrétaire général de l’UD de l’Allier, Aimé Rey (-> 8038). Le 16 juin 1921, au cours d’une assemblée générale des cheminots de Moulins (Allier), il demanda à avoir un mandat impératif pour adhérer à la IIIème Internationale pour le congrès fédéral et s’opposa à l’ancien secrétaire du syndicat, Aimé Gonin, sa position fut acceptée. Gonin battu, André Hermann devint secrétaire du syndicat CGT des cheminots. Au congrès de l’Union départementale CGT de l’Allier (16 et 17 juillet 1921) où il intervint, il fut désigné à la commission de mandats.
Par la suite, le syndicat, qui comptait 384 adhérents, rejoignit la CGT unitaire et maintint ses effectifs en 1922 avec 200 membres. En 1923, il fut membre de la commission exécutive de l’Union départementale CGT unitaire de l’Allier.
En 1931, au moins jusqu’en 1936, il demeura dans les cités du PLM à Paray-le-Monial (Saône-et-Loire). André Hermann était, en 1932, secrétaire du sous-rayon communiste de Paray-le-Monial qui comptait 92 adhérents. Le trésorier était Gilbert Trochère. On citait comme autres dirigeants Charles Cazot et Noël Boyer.
André Hermann revint à Moulins, en mai 1941. Sa fille, Andrée, y épousa Giovanni Zuccchiatti dit « Gino », un antifasciste italien, cheminot qui n’eut aucun engagement syndical ou politique ; Andrée Hermann fut responsable du syndicat CGT des employés de la Sécurité Sociale de Moulins.
André Hermann fut proposé par la Parti communiste comme membre du Comité local de Libération (CLL) d’Yzeure, délégué à la Justice ; par arrêté du Comité départemental de Libération du 11 septembre 1944, il siégea dans la municipalité dirigée par Edouard Loiseau. Il fit accepter un vœu pour que les mines de Noyant (Allier) soient remises en exploitation, ce qui constituerait un contingent de charbon pour les habitants et du travail pour les chômeurs. Le 6 décembre, il s’opposa avec Lucien Ramillon à la présence d’Auguste Chevalier au CLL d’Yzeure alors que ce dernier avait siégé jusqu’au dernier moment dans la délégation nommée par Pétain et que sa désignation, au titre de la CGT, était contestable car il avait été partisan de la Charte du Travail.
Aux élections des 29 avril et 13 mai 1945, il fut élu au deuxième tour sur la liste d’Union Patriotique républicaine et antifasciste d’Yzeure (1 933 voix). Il participa aux travaux des commissions : écoles, travaux et éclairage électrique, hygiène, prisonniers, déportés politiques et STO.
André Hermann fut présenté par le Parti communiste aux élections au Conseil de la République le 24 novembre 1946 dans le canton de Moulins-est en 11e position.
À la retraite, il se retira en Ardèche.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article4904, notice HERMANN André par Bertrand Porcherot et Jean-Noël Dutheil., version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 13 août 2020.

Par Bertrand Porcherot et Jean-Noël Dutheil.

photo fournie par la famille.

SOURCES : Arch. Nat., F7/13130, année 1932. — Arch. Dép. Saône-et-Loire, 1714 W 81, recensement de population de 1931 et 1936. — Arch. Dép. Allier, 1M267 10M270 10M313. — Arch. IHS CGT de l’Allier, c.r. de congrès de l’UD CGT. — Arch. mun. Yzeure registres de délibération et liste électorale de la commune d’Yzeure. — Presse Valmy septembre 1944, avril 1945, novembre 1946. — Témoignage Claudette Guillaumin, militante du syndicat CGT des employés de la Sécurité Sociale.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément