GAUTRAY Simone [née MIGET Simone, Germaine]

Par Jacques Girault

Née le 26 mars 1914 à Dijon (Côte-d’Or), morte le 8 août 2009 à Daix (Côte-d’Or) ; professeure technique adjointe ; militante communiste du Var ; conseillère municipale de La Seyne (Var) de 1950 à 1952.

Son père était employé aux chemins de fer. Après avoir obtenu le certificat d’aptitude professionnelle et le brevet industriel (1929), Simonne Miget fut reçue au diplôme national de PTA. Elle se maria en juin 1932 à Dijon avec René Gautray, employé de commerce devenu démarcheur en appareils à gaz. Le couple eut une fille en 1939.

Simone Gautray enseigna comme PTA auxiliaire de couture-lingerie au collège technique de Lisieux (Calvados) de décembre 1942 à octobre 1945, puis comme PTA à l’École nationale professionnelle de jeunes filles La Martinière à Lyon jusqu’en 1947. Elle fut alors mutée au collège commercial et technique Curie à La Seyne. Le couple habita le quartier de Mar Vivo, puis se rapprocha du collège et vint demeurer boulevard du Quatre-Septembre.

Simone Gautray militait à l’Union des femmes françaises (UFF) et au Parti communiste français. Lors des élections générales consécutives à l’érection de Saint-Mandrier, candidate sur la « Liste d’union républicaine et résistante et de défense des intérêts communaux » présentée par le PCF, elle fut élue conseillère municipale le 18 juin 1950. Le journal République, qui soutenait la minorité socialiste SFIO, dans un article titré « Veritas » (12 juillet 1951), l’accusait de délaisser son enseignement, précisant qu’au dernier CAP, sur vingt-trois élèves présentées, toutes avaient été recalées et commentait : « qu’en pensent les papas et les mamans qui payent pour cette maîtresse si remarquable ? » Aussitôt ses collègues réagirent et le 15, un article de mise au point, signé de la directrice et du personnel de Curie, précisait qu’avec ce « professeur de couture dévouée et consciencieuse », sur les deux CAP préparés, sur dix-neuf présentées, six avaient été reçues au premier et quatorze au second. Elle démissionna du conseil municipal en 1952.

Pour suivre son mari, Simone Gautray obtint un poste au collège technique d’Orléans (Loiret) en octobre 1955. Le couple habitait Fleury-les-Aubrais (Loiret) au milieu des années 1970.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article49425, notice GAUTRAY Simone [née MIGET Simone, Germaine] par Jacques Girault, version mise en ligne le 13 mars 2009, dernière modification le 19 novembre 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Dép. Var, 1477 W 25. — Presse locale. — Sources orales. — Notes de Jean-Claude Autran.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément